L’homosexualité, la nouvelle mode au Mboa

Logo Mondoblog

En 2006, lorsqu’ une presse du pays publiait en gros caractères à la une d’une de ses éditions « Le top 50 des homosexuels au Cameroun », ce fût pour les camerounais, vivant dans un pays conservateur, une très grande indignation. Jusqu’à ce jour, ce mot n’existait presque même pas dans leur vocabulaire, l’homosexualité étant considéré comme quelque chose de mal, d’immoral, un sujet tabou à la limite. Il est clair que, ce jour là, ce titre a suscité la curiosité de plus d’un. Conséquence, favorable pour la presse, l’édition s’est vendue comme des petits pains, d’autant plus que dans la fameuse liste figuraient des grandes personnalités politiques, sportives, culturelles du pays.

Le plus surprenant dans tout ceci, c’est le fait que, ce qui aurait pu être considéré comme la sonnette d’alarme de ce phénomène qui envahissait sournoisement notre pays et devrait pousser les autorités à réagir, car notons que l’homosexualité, comme dans la plus part des pays d’Afrique est interdite, fût plutôt, au vu de ce qui se passe à ce jour, le top départ d’une nouvelle « mode », pas vestimentaire cette fois.

Les camerounais, qui n’en ratent pas une quand il s’agit de s’arrimer au train de la mode, ont fait de même pour l’homosexualité. Depuis ce jour, de l’homosexualité qui était un sujet tabou à l’origine, on en parlait maintenant à chaque coin de rue, à chaque table de bistro, « beignetariat ». Le hic alors, c’est que les camerounais n’ont pas que fait en parler, ils s’y sont mis aussi, comme à une nouvelle mode. Il arrive qu’on surprenne, dans une ruelle ou un coin sombre, deux hommes ou deux femmes flirtant tranquillement, sans souci des passants. Pour les plus discrets, c’est sur les sites de rencontres sur Internet qu’ils se replient. On y retrouve donc beaucoup de camerounais des deux sexes, pour la plus part des jeunes entre 18 et 28 ans, désireux d’avoir des rapports intimes avec des personnes de leur sexe. C’est à se demander si c’est une nouvelle mode pour les « kamerlocks », du genre « si t’es pas dans ça, t’es en retrait ». Bien qu’il ne soit pas rare de voir certains jeunes hommes aller avec des hautes personnalités du pays, contre de l’argent. Pauvreté oblige. Ce qui était à l’origine considéré comme une pratique mystique et sectaire pour des personnes de pouvoir pour s’en approprier encore plus ou se faire de l’argent, est devenu une nouvelle tendance « fashion » pour les jeunes camerounais.

En effet, de plus en plus de jeunes camerounais se prêtent à cette nouvelle « mode », au point où certains ne se cachent même plus. C’est le cas de Romain, un jeune homme de 23 ans qui, approché, nous avoue : « je suis heureux quand je suis avec un mec, j’ai toujours été attiré par les mecs, et je me fous du qu’en dira t-on ». Et il est n’est pas seul dans son cas, ils sont des centaines et le nombre ne cesse d’aller croissant.

Il est peut être temps pour les pouvoirs publics de faire quelque chose, car comme la prostitution, l’homosexualité est punie par la loi camerounaise, mais cela n’a pas empêché le nombre de prostituées toujours grandissant dans nos rues, et maintenant cette nouvelle « mode ». Peut être nous retrouverons nous avec une légalisation de ces derniers. L’avenir nous en dira sûrement plus.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *