Calixthe Beyala joue à la mauvaise perdante !

Calixthe Beyala joue à la mauvaise perdante !

Dans un article intitulé, La femme qui nous offrira la Francophonie, nous avions soutenu la candidature de l’écrivaine d’origine camerounaise au poste de Secrétaire général de la Francophonie. Calixthe Beyala, avions-nous affirmé, malgré son manque d’expérience dans le domaine politique, avec sa fougue, son audace et sa vivacité, pourrait, au cas où elle serait élue, redonner vie à cette Francophonie moribonde qui est loin aujourd’hui d’être une plate-forme pour le monde francophone. Malheureusement, les choses ne semblent pas bien se dessiner pour l’auteur de L’Homme qui m’offrait le ciel, la France, son pays, soutenant Abdou Diouf, ancien chef d’Etat sénégalais et actuel Secrétaire général de la Francophonie, poste qu’il occupe depuis huit ans. Calixthe Beyala, pour tout dire clairement, n’a pas plus de chance devant Abdou Diouf que Ségolène Royal devant Sarkozy en 2007 en France ou Gilchrist Olympio devant Gnassingbé Père et Fils confondus depuis 1993 au Togo ! De quoi provoquer une crise de palu à la lionne indomptable mais qui n’est plus loin d’être domptée par un autre lion, celui de la Térenga ! Calixthe Beyala, pour protester contre son futur échec qui se voit maintenant comme le bangala entre les cuisses d’un Nègre, décide de se comporter comme les nuisibles et vils opposants africains, diffamer son adversaire ! Calixthe Beyala, sur Rfi ce 19 Octobre 2010, accuse Abdou Diouf d’être impliqué dans le dossier de la Casamance, même si nulle part les rapports ne montrent le nom de l’ancien chef d’Etat sénégalais ! Pour elle, un homme traînant, fût-ce de manière passive, un dossier aussi épineux sur la conscience ne peut pas être Secrétaire général de la Francophonie pendant douze ans ! Et là, Calixthe Beyala joue mal, très mal. Critiquer Abdou Diouf comme Secrétaire général de la Francophonie sans se baser sur son bilan à la tête de cette institution, mais son passé de chef d’Etat, c’est juste de la nègrerie, du pur désordre comme seuls les Nègres savent le faire. Calixthe Beyala peut, en bonne intellectuelle civilisée, déjà ingurgiter sa future défaite, s’associer avec Abdou Diouf – qui n’a pas démérité – pour remuer, selon ses termes, la Francophonie. Si elle a été capable de changer, comme elle l’a affirmé, les choses en France en faisant intégrer des Noirs – comme Rama Yade – dans la vie politique française, sans avoir été ni ministre ni diplomate, elle peut aussi, sans être Secrétaire générale de la Francophonie, changer cette institution qui selon elle – et elle a raison – manque aujourd’hui de visibilité comparativement au Commonwealth des anglophones. Tout bla-bla pour justifier ses prochaines piètres performances de candidate malheureuse relèverait du superflu. Si, comme elle l’affirme, un monsieur qui est impliqué dans un dossier comme celui de la Casamance ne peut pas être Secrétaire général de la Francophonie, quid d’une écrivaine criée de gauche à droite comme la plus grande plagiaire de tous les temps !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *