Un conte de mon pays sur l’amitié

Un conte de mon pays sur l’amitié

Mes grands-parents avaient une façon de présenter les choses par des contes et des proverbes. C’est ainsi que se transmettait la sagesse africaine sur différentes situations et faits de la vie. En voici un conte de mon pays sur l’amitié et les liens familiaux.
Dans un village vivait un oncle et son neveu. Ce dernier était un grand chasseur. Chaque jour il revenait de la chasse avec un gibier, qu’il distribuait entre ses amis, sans penser à son oncle. Un jour il abattit même un éléphant qui fit la joie de tout le monde dans le village ; mais l’oncle du chasseur n’en apprit que la nouvelle, le neveu ne songea même pas à lui donner un tout petit morceau.
Un autre jour, le fameux chasseur abattit un buffle. Il réfléchit et se dit: « j’ai beaucoup d’amis, mais j’ignore qui d’entre eux est mon véritable ami. » il décida alors à les mettre tous à l’épreuve. Après avoir bien couvert son buffle, il remonta au village et se rendit au domicile d’un de ses amis à qui il raconta ceci: « cher ami, je viens de connaître un accident de chasse ; j’ai tiré sur une cible que je croyais être un buffle. Malheureusement c’était un homme, et il est mort. Peux-tu venir m’aider à transporter son corps au village? »
L’ami en question refusa de l’accompagner en lui disant que cet accident ne le concernait pas, et qu’il ne voulait pas qu’on mêle son nom à une histoire aussi grave. Tout déçu, notre chasseur s’en alla voir un autre ami à qui il raconta la même histoire qu’au premier. Celui-ci le chassa à coup de pieds en le menaçant de le dénoncer aux autorités s’ils s’avisaient de citer son nom dans une sale histoire.
Notre chasseur fit le tour de ses prétendus amis sans en trouver un qui acceptât de l’aider. Il découvrit alors toute l’étendue des illusions dans lesquelles il vivait. Désabusé, notre chasseur voulut du coup savoir quel serait le comportement de son oncle si un tel malheur se produisait réellement. Il se rendu alors chez son oncle à qui il raconta la même histoire qu’à ses amis. L’oncle lui dit : «je sais que tu ne m’aimes pas ; mais les ancêtres me jugeraient très sévèrement si je t’abandonnais dans un tel malheur. Allons transporter le corps de la victime, nous étudieront ensuite la meilleure procédure pour présenter le problème devant les autorités. » il prit une couverture et un drap blanc et suivit son neveu à l’endroit de l’accident. Mais, au lieu du corps de l’homme, l’oncle fut surpris de trouver un buffle abattu. Le neveu expliqua alors à son oncle pourquoi il avait imaginé cette histoire. Il ajouta à l’intention de son oncle : «désormais je sais que tu es la seule personne en qui je peux pleinement avoir confiance. »
La véritable amitié est une bonne chose, mais elle ne remplace jamais les liens du sang. Le compte est terminé !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *