Les tailleurs, l’attraction de la Tabaski

Les tailleurs, l’attraction de la Tabaski

A 48 heures de la fête  de la Tabaski, la capitale Sénégalaise est prise d’assaut. Les préparatifs vont bon train. Rien n’est laissé au hasard, les petits plats sont mis dans les grands. Les tailleurs sont à pied d’œuvre pour coudre des tas de tissus reçus de leur clientèle pour l’occasion.

Les basins et autres tissus (modernes et traditionnels) sont les véritables attractions de cet événement. Nombreux sont les dakarois qui veulent se faire coudre un ensemble.

Les maîtres tailleurs ou autres couturiers se frottent les mains.  La clientèle est abondante. Mais la pression est forte sur eux. Ils doivent coudre, dans les délais, tous les tissus parvenus sur leur table de couture. ‘’ Chaque année, c’est le même engouement, mais nous mettrons les bouchées doubles pour tenir nos engagement envers les clients’’, assure un professionnel de la coupe et de la couture.

Il faut noter une particularité chez les enfants. Ils sont obsédés par les habits neufs ; ils ne voient en la fête qu’une occasion de porter des vêtements neufs.  Quant aux adultes, certains ou même beaucoup sont indifférents à cette tendance.

Une fois leur ensemble prêt, les hommes les portent pour aller accomplir le rituel de la prière de la matinée le jour de la fête avant de revenir égorger les moutons. Quant aux femmes et aux enfants, ils préfèrent attendre l’après-midi pour se saper et aller de quartier en quartier pour saluer leurs proches.

Sans égard à la crise financière internationale ou à la période de la vache maigre, les dakarois trouveront les moyens pour enfiler de beaux vêtements, au vu de l’ambiance d’avant Tabaski.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *