Le téléphone : outil de développement de divers abus.

Le téléphone : outil de développement de divers abus.

Et si l’on retournait à l’antiquité

Le téléphone au-delà de tout ce qu’il a apporté de bénéfique dans le quotidien des populations apparait comme un véritable trouble fête, il est en passe de devenir l’objet de l’impolitesse moderne de ce siècle compte tenu de  tout ce qu’il cause comme désagréments à ses usagers.

L’an deux mille a été l’année du développement de la téléphonie mobile au Cameroun, deux sociétés de téléphonie y ont fait leurs premiers pas. Le vieux combiné téléphonique datant a malgré un brin de résistance fait place au portable plus pratique et mobile. Du portable dit «parpaing » à cause de sa forme volumineuse qui servait juste à appeler, recevoir et envoyer le message, on est passé au portable plus fin et discret avec des options diverses selon les goûts et les besoins de chacun. Malgré toutes ces évolutions louables, le téléphone a aussi développé le mauvais côté de la technologie. Le téléchargement illégal, le vol, les agressions (le phénomène des Awacheurs : un groupe de personnes ou une personne qui après avoir reçu un appel, vous demande de lui remettre votre téléphone sous la menace d’une arme).

Téléphone objet l’impolitesse des temps modernes

Pour le quotidien, c’est tout un autre scénario, divorces, les arnaques de fausses loteries par messagerie, le mensonge. Avec le téléphone fixe, on avait la certitude de savoir où se trouvait notre interlocuteur, ce qui n’est plus le cas avec le portable une personne peut vous dire être à un lieu X alors qu’il se trouve précisément d coté opposé. A cela s’ajoute la nuisance sonore dont il est  l’auteur à cet effet  Roland raconte « j’ai du descendre d’un taxi avant ma destination un jour j’ai subitement ressenti des maux de tête à cause du tintamarre que mon voisin faisait avec son téléphone. Il ne prêtait pas attention à mes plaintes, mais aujourd’hui je m’y suis habitué malgré moi ».

Les élèves interdits de  téléphone portable dans les écoles du Cameroun

C’est aussi à cause de cela que le Ministère des Enseignements Secondaires a frappé le poing sur la table en interdisant l’usage du téléphone dans les établissements. Décision que la plupart des enseignants acquiescent avec beaucoup de bonheur et Madame Mollo Géraldine, enseignante de français dans un établissement privé de la capitale fait partie de ceux là « cette décision est une réponse à mes prières, cela était devenu un véritable calvaire d’enseigner car les élèves sortaient pour appeler ou répondre à un appel, ils s’envoyaient des SMS ou regardaient des vidéos osées sous les bancs. Laissant ainsi l’enseignement pour lequel ils étaient là.»

Malgré toutes ces complaintes, le business du téléphone se poursuit toujours plus compétitif et performant, les fabricants annoncent des modèles avec les dernières technologies de pointe. Dans les rumeurs, on parle déjà de « téléphone track »qui permettra de localiser d’où l’interlocuteur appelle, mais avec tout cela serons nous à l’abri des tracas ?

À propos de l'auteur

Salma

Salma est Camerounaise et journaliste, formée à l'ESSTIC. Elle a été reporter pendant 10 ans pour le mensuel sur la santé des adolescents «100% jeune». Elle a également travaillé pour le magazine sur l'environnement «Together». Sur la toile, elle a travaillé pour des sites comme Goducamer.com, cameroon-info.net, Mboablog, Kamerhiphop, reglo.org. Elle est une passionnée par l'écriture en ligne. Actuellement à Bamenda, elle est journaliste à la Radio Evangelium. Elle continue à évoluer dans la presse écrite en tant que correspondante pour des parutions telles que «Horizons 2035» et «Musiki».

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *