Le téléphone portable dans un village côtier

Le téléphone portable dans un village côtier

Ankilibe, communanté de pêcheurs n’est pas encore électrifié mais de plus en plus de villageois possèdent déjà leur téléphone mobile. Comment se débrouillent-ils ?

Le grand changement apporté par le téléphone portable

Malala, son enfant et ses voisins.

« Il était très difficile avant de se débrouiller si quelqu’un tombait malade. Maintenant, on appelle d’ici nos familles à Tuléar pour envoyer les médicaments ou de l’argent ! » Avoue Malala, son enfant dans les bras.

Et je demande comment ils font pour recharger leur téléphone cellulaire, le courant faisant défaut au village.

Le père de famille explique que certaines familles possèdent des groupes électrogènes. On peut recharger sa batterie gratis ou moyennant un frais raisonnable.

Et pour les crédits prépayés

« On a ici des de petites boutiques qui vendent les recharges mais avec une petite hausse : on achète par exemple 500 Ariary de crédit pour 600 Ariary. Mais ce n’est pas un problème vu les bénéfices qu’on fait avec les cellulaires, on peut joindre la famille à tout moment professionnellement  on a un contact permanent avec les collecteurs de nos produits et nos autres clients ».

Vous l’aviez sans doute deviné, mes interlocuteurs n’exhibaient pas des téléphones high-tech  mais, comment dire, des « foza », parce qu’ils ne trouvent pas d’autres utilités plus importantes et essentielles que l’envoi et la réception d’appels.

Je pense qu’ils ont raison!

À propos de l'auteur

Andriamihaja Guénolé, 26 ans, né à Tuléar, dans le Sud de Madagascar, vit à Antananarivo. Il rejoint Mondoblog en 2010. Se décrivant comme blogueur naïf et un peu indifférent, il écrit "tout et n'importe quoi (mais surtout n'importe quoi)". Passionné de nouvelles technologies, il travaille pour une plateforme nationale malgache de communautés gérant localement les ressources marines en tant qu'assistant de communication.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *