Zaytani, le tireur de pousse-pousse

Zaytani, le tireur de pousse-pousse

Je suis en retard pour un spectacle mais je ne peux pas me permettre d’aller en taxi. Heureusement qu’il y a les pousse-pousse. J’en vois un et appelle le  tireur et comme d’habitude, on accepte jamais le prix qu’il avance, on marchande. Finalement, on est d’accord, et j’en profite pour   lui poser quelques questions en rapport avec son métier.

Zaitiany est tireur de pousse-pousse, il a une ambition c’est de posséder son pousse-pousse à lui. En effet, comme tant d’autres tireurs de «la ville du Soleil », il le loue. Le  propriétaire lui exige 1500 Ariary par jour. « Il arrive des jours où je ne peux même pas trouver ces 1 500 Ariary, mais quand j’ai beaucoup de clients je peux toucher jusqu’à 8 000 Ariary hormis cette somme » explique-t-il. Il est conscient que pour réaliser son rêve, il devrait faire beaucoup de sacrifices. C’est le cas car il avoue qu’en plus de tireur le jour, il est garde de nuit dans une villa.

« Je suis encore loin du compte ! Pour se payer l’engin il me faut 400 000 Ariary et j’économise peu car j’ai ma famille à nourrir ! Mais je garde espoir, je finirai bien par l’avoir ce pousse-pousse même si je sais que ce n’est  pas demain la veille »

La vue sur une station de pousse-pousse

Les pousse-pousse de Tuléar sont assez spacieux par rapport à ceux d’Antsirabe ou de Tamatave et sont interpellent les passants par ces courts messages, slogans  ou des publicités affichés à l’arrière. Ce sont des moyens de déplacement faisant  partie du paysage tuléarois et appréciés des touristes voulant admirer l’ambiance dans les  rues.

Il existe cependant des gens qui pensent que prendre ce moyen de déplacement est   une sorte d’esclavagisme. Alors imaginez bien l’inconfort qu’on essaie de cacher quand on monte sur un pousse-pousse. J’ai demandé l’avis de Zaitiany et il m’a répondu clairement : « on me paye, je gagne ma vie comme ça ! C’est comme tout autre métier et je ne sais pas ce que vient faire l’esclavagisme dans tout cela ».

Et il me vient en tête qu’à l’arrière d’un pousse-pousse, j’ai pu lire un jour, « TAXI ECOLOGIQUE », serait-ce un message pour sensibiliser les gens sur le réchauffement climatique ou un argument de vente ?

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *