La police congolaise victime des kuluneurs

La police congolaise victime des kuluneurs

Le kuluna à Kinshasa est toujours d’actualité, plusieurs bandes de jeunes voyous continuent sans contrainte de terroriser les paisibles Kinois et actuellement ils sont déjà à leur premier meurtre du côté de la police congolaise.

L’histoire s’est déroulée à la fin du mois de novembre à Kinshasa. Alors qu’il rentrait paisiblement du service après 20 heures, un policier a été trahit autant par sa bonne foi que sa promptitude d’appliquer la loi, surtout celle qui stipule l’assistance à personne en danger.

D’après les témoignages recueillis, durant sa traversée de la concession de l’Onatra où passe le rail, le défunt policier avait perçu un homme en train de sommer et de violenter sa compagne, en tant qu’homme de la loi, il devait intervenir, c’est ce qu’il avait fait et c’est ce qui lui a couté sa vie.

En réalité, l’homme et la femme qui se disputaient étaient des kuluneurs, voyant que le policier cherchait à se mêler de leurs affaires, ils lui réglèrent son compte en le tuant !

A moins de deux cents mètres du lieu de l’incident se trouve un poste de la police, malgré cela aux alentours du pont Matete, les kuluneurs ont crées un climat de terreur et tout celui qui s’hasarderait de traverser la nuit cette concession mal éclairée de l’Onatra, aura lui aussi affaire aux kuluneurs.

Le kuluna : Les kinois s’expriment !

Dans une métropole comme Kinshasa, il est inconcevable que ces jeunes brigands soient encore libres de circuler et d’opérer quand et où ils désirent.

Pour d’autres kinois, il existe bel et bien quelques hommes en armes derrières ces kuluneurs car comme dans un cinéma, la police congolaise arrive toujours après les méfaits pour constater les crimes.

Au moment où des kuluneurs  armés de machettes n’hésitent pas à loger la mort dans le rang de la Police, cela est un signe fort pour les autorités congolaises, car il importe qu’aux grands maux, qu’il soit envisagé de grands remèdes afin d’éviter le pire !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *