Côte d’Ivoire: impôts, taxes, redevances…ni à l’un ni à l’autre

Côte d’Ivoire: impôts, taxes, redevances…ni à l’un ni à l’autre

Le bicéphalisme qui s’est installé à la tête de la République de Côte d’Ivoire et qui plonge le pays dans une crise socio-économique jour après jour inquiète les opérateurs économiques. Les activités tournent au ralenti et malgré cet état de chose les commerçants et autre industriels savent tous qu’ils devront s’acquitter de leurs impôts et autres taxes liés à l’exercice de leur fonction. Dans un pays avec deux gouvernements à qui payer les impôts ?

La décision du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire Jean Louis Billion est tombé raide : les opérateurs économiques ne payeront ni l’impôt à Ouattara ni à Gbagbo !

La décision est jugé réaliste pour certains mais taxée de révoltante pour les pros-gbagbo qui continu de soutenir avec leur dernière énergie que le leader du LMP est le Président Ivoirien. « Aujourd’hui nous avons deux administrations qui se battent pour avoir pion sur rue. Les acteurs économiques sont perplexes, sont confondus entre l’une ou l’autre et ne savent pas ou donner de la tête ! En tout état de cause nous avons des secteurs économiques qui sont menacés de faillite pour beaucoup et qui sont à l’arrêt depuis plusieurs semaines pour certains. Nous avons reçu en courrier du gouvernement Soro Guillaume qui souligne que nous seront amenés à payer une deuxième fois nos impôts si nous les payons à la mauvaise caisse. Le mieux dans cette situation est donc de ne rien faire ! » a affirmé le président Billon. La crise politique Ivoirienne tourne donc définitivement à la lutte pour le contrôle des ressources économiques du pays. Sur ce plan le gouvernement Soro semble avoir, au plan International, une longueur d’avance sur ses adversaires. En effet seule la signature du Président Alassane Ouattara a une valeur juridique pour des institutions telles que la BCEAO, le FMI, la BAD…

Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire Jean Louis Billion a donc demandé aux opérateurs économiques de remplir leurs déclarations fiscales mais de ne faire aucun paiement. Les recettes fiscales représentent au bas mot la somme de 90 milliard de F CFA par mois pour l’Etat de Côte d’Ivoire. Voici ce que le monde économique apporte directement à la Côte d’Ivoire. Terriblement inquiets quant à la survie de leurs activités et ballotés entre deux gouvernements, les opérateurs économiques de Côte d’Ivoire n’iront pas devant les guichets de paiement tant qu’ils ne sauront pas de façon claire qui est qui dans ce pays.

Suy Kahofi

À propos de l'auteur

Suy

Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *