25 proverbes bambara, mes cadeaux villageois de nouvel an

25 proverbes bambara, mes cadeaux villageois de nouvel an

Les proverbes sont très précieux en Afrique. Les vieilles personnes les utilisent beaucoup et, comme la plupart des apprentissages traditionnels en Afrique, les proverbes sont oralement transmis de bouche à oreille et de génération en génération.  Ils entrent dans le cadre de la formation du jeune enfant qui s’en sert comme repères dans des situations qui vont se présenter à lui au cours de sa vie.

Je vous offre comme cadeaux de fin d’année, ces 25 proverbes en souhaitant à toutes et à tous, bonne année 2011.

« Quand tu vois les yeux tourner dans la masse, ils cherchent des connaissances »

« Quand tu vois la langue circuler entre les doigts, si elle ne cherche pas le sel, elle cherche l’huile » (Chez nous au village, on mange avec la main)

« Deux personnes malignes ne peuvent pas dépouiller le diable car personne ne veut aller vers la tête »

« Le lièvre aime habituellement courir, quand on lui annonce que la case de sa belle mère a pris feu, il a l’intention de prêter une cinquième patte »

« La manière d’accueillir l’invité à table lui permet de bien manger ou pas »

« Quand l’inviter prend l’éventail parce que le repas est chaud, le propriétaire du plat doit faire souffler le vent »

« Deux oiseaux à longs becs ne peuvent pas se nettoyer les yeux »

« Quand tu tue ton chien méchant, le chien méchant d’autrui  te mord »

« Dire que l’aveugle est intelligent et qu’il marche dans les rues du village sans guide, ce serait le village où il est né et a grandit »

« Echanger une chèvre contre une autre, c’est qu’une d’entre elles est porte-malheur »

« Fais-moi voir met le curieux en retard »

« Quand on envoie le coq chercher de la viande, s’il ne l’a pas eue, ils est lui-même de la viande »

« Si tu vois que tu décides de ne pas manger ton couscous pendant le voyage en groupe, c’est qu’un de tes voisins partage le sien avec toi »

« On peut retirer sa main de la main d’un lépreux, sans guerre »

« Celui dont tu soignes les dents, croque tous tes arachides  »

« Un seul doigt ne peut pas soulever le cailloux, c’est l’ensemble des doigts »

« Le chien de la jeunesse court vite, mais le chien de la vieillesse connait mieux la forêt que lui »

« L’étranger a de gros yeux, mais il ne voit pas loin »

« Le village appartient au chef de famille, mais je veux mourir ce soir fait ce qu’il veut »

»Quand on va en brousse avec un sourd, s’il fuit, ne t’arrête pas parce qu’il n’a pas entendu, il a vu »

« Je n’aime pas ceci, j’aime cela, c’est qu’on t’a montré deux »

« Le groupe qui se dirige chez le chef de famille, ça ne vaut pas la peine que le fils du chef de famille se mette au mur pour les regarder venir »

« Sous l’orage, chacun s’occupe de sa propre tête »

« Si on ne tolère pas la vache pour le lait du matin, on la tolère pour le lait du soir »

« Le nerveux ne peut pas manger le repas chaud  à sa faim »

À propos de l'auteur

Boukary Konaté

Je suis Boukary Konaté de Bamako au Mali.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *