Siguiri: des fossés dans les rues pour parer les excès de vitesse des motards

Siguiri: des fossés dans les rues pour parer les excès de vitesse des motards

Si vous voulez voir des motos qui roulent à la même vitesse qu’un avion prêt à décoller, rendez-vous à Siguiri. C’est la ville où il y a plus de motos que dans n’importe quelle autre ville de la Guinée. Aujourd’hui, il ne se passe pas un seul jour à Siguiri sans qu’on enregistre au moins un accident de moto provoqué par l’accès de vitesse. Face à cette situation d’imprudence générale, certaines familles creusent des fossés dans toutes les rues qui passent devant leur domicile en vue de mettre leurs enfants en sécurité.

Le passage d’un golfeur pour le centre ville

A Siguiri, le passage des conducteurs de motos qu’ils appellent les « golfeurs » ( comme celui-ci sur debout sur sa moto sur cette photo) ne laisse personne indifférents. Comme leur nom l’indique, ils roulent à la même vitesse qu’une balle de golf lancée par Tiger Woods. Ces golfeurs ne sont autres que des trafiquants de motos qui traversent tous les jours la frontière Guinée-Mali en défiant les gardes frontaliers pour rentrer à Bamako avec leur marchandise et y vendent à bon prix. Finalement, ils ne sont plus les seuls. En plein centre ville, c’est tout le monde qui roule comme eux d’où l’inquiétude de cette famille Camara «domicilié au quartier Energie. « Il faut absolument que l’on creuse des fossés pour mettre en sécurité et nos enfants et nous mêmes », explique Moussa muni de sa pioche. Ils poursuit avec un ton hargneux: « mes jeunes frères passent la journée à jouer devant cette cour mais chaque jour l’un d’entre eux est soit blessé ou raté de justesse par un motard. Celui qui nous énerve de plus est un mécanicien. Quand il passe ici pour aller chercher sa copine, on a l’impression que c’est un fusé qui passe. C’est pour quoi nous avons décidé de creuser des fossés dans la rue. S’il descend dans ça, soit il causera une panne à sa motos ou il se fera écraser les testicules. Et ça, je le souhaite vivement ».

Prions Dieu pour ne pas qu’Il entende ce dernier souhait de Moussa.

Il faut également souligner qu’il y a quelques années de cela, la moto a fait tellement de morts à Siguiri qu’une partie du cimetière à été exclusivement réservée aux victimes d’accident de moto. Malgré tout, rouler à vive allure est pour le Siguirika, une preuve de la maîtrise de cet engin.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *