A l’Université de Saint-Louis/ Sénégal, la grève se poursuit !

A l’Université de Saint-Louis/ Sénégal, la grève se poursuit !

Sur le campus de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, les étudiants ne décolèrent toujours pas. Depuis déjà plusieurs mois, ils ne comprennent pas l’entêtement des autorités de l’Université à vouloir ériger les Masters Pro( un des maillons de la chaine du système LMD) qui ne saurait être détaché du tout si on veut vraiment parler de LMD( Licence, Master, doctorat). Pour le moment, c’est surtout ce qui est en jeu dans la plate forme revendicative des étudiants même si un autre point d’une grande importance est à signaler. C’est bien sur celui du nombre de bourses à offrir aux nouveaux bacheliers. Cette année, l’UGB a considérablement augmenté ses effectifs et se pose alors le problème de savoir si à tous ces jeunes étudiants, pourra être accordée la bourse. Le taux qui a été attribué à ces anciens élève de terminale est loin d’atteindre le cent pour cent pour une université dont la tradition est que tout le monde soit boursier. La génération de cette année ne veut pas faire exception d’autant plus que, selon les étudiants, la position géographique de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis amène forcément à aider ces jeunes pour qu’ils aient des moyens de s’en sortir puisuqe vivant presque distants de chez eux.

Malgré l’enchainement des mots d’ordre, rien n’y fit. Ce jeudi, les étudiants de l’UGB ont fait une descente sur la Nationale où un seeting de près de 30 minutes leur a permis de faire encore une fois face à la presse sénégalaise pour la sensibiliser par rapport à l’enjeu et au risque d’une année blanche.

Selon nos informations, un bon nombre de ceux là qui voulaient faire els Masters Pro se rabattent maintenant sr l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar pour y poursuivre leurs études professionnelles.

Il faut rappeler que depuis des dernières années, l’Université Gaston berger de Saint-Louis s’est rendue tristement célèbre à force de grèves, manifestations, conférences de presse autour de ces enjeux …

A Saint-Louis,  les étudiants, du moins quelques uns d’entre eux n’excluent plus l’année blanche comme éventualité ou tout au moins, l’invalidation du premier semestre ou encore l’élimination de la seconde chance qu’n donne aux étudiants quand ils ne réussissent pas les premiers examens.

À propos de l'auteur

Ousmane Gueye

Journaliste, blogueur, passionné de TIC et de sciences politiques

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *