Organisation, participation et proclamation des elections en RCA: Presque tous des Pasteurs…

Organisation, participation et proclamation des elections en RCA: Presque tous des Pasteurs…

La cour constitutionnelle a finalement déclaré irrecevable les recours en annulation des trois candidats malheureux aux élections présidentielles du 23 Janvier 2011 en Centrafrique et proclamé par la même occasion François Bozizé Yangouvonda définitivement vainqueur succedant à lui-même.  Ceci au grand dam de Ange Felix Patassé, Martin Ziguélé et Emile Gros Raymond Nakombo qui jusqu’aujourd’hui crient urbi et orbi qu’il y’a eu fraude massive et qui réfutent dans leur globalité les résultats des dites élections.

Si on considère d’une part tous les problèmes, les tergiversations, les controverses, les suspicions, la haine etc. qui ont miné de bout en bout ce processus électoral et d’une autre part les acteurs de cet episode de l’histoire de la RCA, on est en droit de se demander si l’on est en face d’un scenario tragi-comique avec des comédiens professionnels ou on assiste simplement à une dépravation totale des principes fondamentaux de la conscience religieuse.

Avant d’aller plus loin, considérons d’abord un à un les principaux acteurs qui ont préparé, organisé et participé à ces élections groupées en Centrafrique :

1-      Le général François Bozizé Yangouvonda, actuel Président de la République, élu Député du 4e arrondissement est Pasteur et grand prophète de son église. Il décrète régulièrement depuis son accession au pouvoir des jeunes nationale sur toute l’étendue du territoire centrafricain en vue de prier pour la nation.

2-      Le Pasteur Joseph Binguimalé, Président de la Commission Electorale Indépendante, un serviteur de Dieu qui, aussi surprenant que cela puisse être dans une nation a forte tendance chrétienne au lieu de faire l’unanimité s’est vu plainté par l’opposition démocratique  devant la haute cour de justice pour fraude électorale. Régulièrement critiqué pour sa gestion opaque des fonds alloués au financement des élections, une audite a même été organisé à cet effet et dont les résultats ne sont jusque-là pas rendus publique.

3-      Le Pasteur Marcel Malonga, Président de la Cour Constitutionnelle, il a dit une prière avant la séance pendant laquelle il a proclamé Bozize vainqueur.

4-      Le principal opposant de taille Ange Félix Patassé, véritable illuminé, reconverti serviteur de Dieu depuis son retour d’exil et qui ne jure plus que par la bible, transformant les campagnes électorales en campagne d’évangélisation.

5-      Nous avons par ailleurs le Conseil national de médiation présidé par l’Archevêque de Centrafrique, sapeur pompier au milieu de ces pasteurs pyromanes, ce conseil joue un rôle non négligeable dans ce processus électoral.

Pour ne citer que ceux là, avec un tel effectif et dans un pays comme le Centrafrique, les resultats de ces élections groupées devaient en principe être acceptées comme parole d’évangile par tous. Que nenni ! Les opposants crient à la fraude et demandent l’annulation pure et simple de ces élections. Que tous ces hommes de Dieu n’ont pas été clean, qu’il y’ait eu quelques insuffisances, irrégularité lors de ces élections, il est clair que l’aspiration de la population centrafricaine reste la paix, la paix pour vaquer à ses occupations pour enfin prendre sa destinée en main.

Les gens en ont marre et le disent ouvertement des sempiternels problèmes des politiques, qui ne se battent que pour leurs intérêt égoïstes. L’opposition n’intervient que quand son intérêt est en jeux. Augmentez l’impôt,  les prix des denrées alimentaires, faites tout ce que vous voulez à tout moment tant que cela ne touche pas la question du partage du pouvoir, des postes ministériels et j’en passe aucun opposant centrafricain ne lèvera le petit doigt. Les reformes sur le plan de l’éducation, de la santé ce n’est pas le problème de tout ce beau monde d’autant que leurs enfants étudient en Europe. Presque tous ceux qui gesticulent ont dejà prouvé aux Centrafricains ce dont ils étaient capables. Alors basta les bonbons pasteurs et les opposants à deux balles, le centrafricain ne veut plus d’une énième crise, le peuple a voté, il veut se consacrer à autre chose, il n’a plus envie d’être utilisé pour servir des intérêts égoïstes de politiciens qui ne pensent qu’à eux même.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *