Le camp du Président Bozizé doit inviter les centrafricains au dialogue

Le pays de Barthélemy Boganda traverse des situations graves qui interpellent le sens de la responsabilité des uns et des autres. Seulement beaucoup Centrafricains, en commençant par les autorités ne semblent pas s’apercevoir des dangers qui guettent leur pays, et les petites voix qui se lèvent par ci, par là et que semblent ignorer les uns et les autres peuvent à l’instar de graves troubles qui gangrènent certains pays d’Afrique amener notre pays dans l’impasse d’où nécessité qu’on y accorde une attention particulière afin de tuer le mal dans  l’œuf.

Lire la suite de l’article…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *