Humala, président de la revanche?

Lassés d’être spoliés ou oubliés, les  péruviens ont choisi Ollanta  Humala. Sans euphorie, ils  attendent les premières décisions  du nouveau président taxé de g    auchisme. Eclairage avec un papier  du Monde Diplomatique: un  exemple qui explique que cette fois  le souffle de la révolte n’ait pas  faibli.
Depuis dimanche soir, Ollanta Humala est le nouveau président péruvien. Dans la Selva Central où je vis c’est bien Keiko qui est sortie première comme dans les zones de très grande pauvreté mais les Andes, le Sud et Lima ont permis à Ollanta de l’emporter. Candidat taxé de socialiste ou nationaliste, proche de Chavez, dit-on, il ne rassure pas les partisans du libéralisme péruvien.

Lire la suite de l’article…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *