Pourquoi détruire la Rue Princesse ?

 

Rue PrincesseLe mal est fait et en parler ne fera pas remettre les grands maquis de la Rue de leurs cendres ou plutôt de leurs gravats ! Les nouvelles autorités Ivoiriennes avec à leur tête le bien-aimé père ADO veulent assainir le pays, le rendre irréprochable et bien sûr plus fréquentable après les mois de crise que nous avons connu. Pour arriver à cette fin si noble les opérations de déguerpissements et de nettoyage au Kärcher…oup ! excusez moi aux bulldozers sont monnaies courantes dans la capitale Ivoirienne. « On casse ! » comme dirait l’autre « et c’est l’Etat donc personne ne peut se plaindre ! »

Lire la suite…

À propos de l'auteur

Suy

Kahofi SUY est journaliste et formateur pour la Fédération Internationale des Journalistes Scientifiques. Il aime bien se définir comme un enfant de la radio. Son expérience s’est faite en grande partie grâce à ce média. Il fait ses premières armes sur les radios de proximité ivoiriennes puis décide de passer à une vitesse supérieure. Après une expérience enrichissante à SUD Fm, la première radio privée du Sénégal, il a passé 5 ans à la West Africa Democracy Radio, la première radio d’information continue pour l’Afrique de l’Ouest. Il découvre fin 2009 l’univers des blogs et de la presse en ligne grâce au Projet Avenue225. Très vite, il prend goût à l’écriture web et rejoint le projet Mondoblog où il anime un blog d’actualité sur la Côte d’Ivoire. NB : Ce que je dis sur ce blog n'engage aucun des médias avec lesquels je collabore.

Archives par auteur

1 Commentaire

  1. j’attendais de toi un article différent à ce sujet, mais tu t’ai laissé emporté par l’amateurisme qui caractérise la presse ivoirienne. Ça se sent que t’étais pas sur les Lieux et apparemment tu n’y es pas encore parti en préférant écouter les « on dit » des journaux et radios. c’est une nouvelle délimitation de la rue princesse que les 3 ministres (infrastructures, l’assainissement et de la salubrité) ont effectué. Si tu passes, tu constateras qu’il ya un bon nombre de maquis qui n’ont pas été touché parce qu’ils respectaient les normes de délimitation des caniveaux et de nuisance sonore. Quand on casse une clôture ou une terrasse, le journaliste doit dire que c’est la clôture qui a été casser et non la maison.
    RFI et toi vous avez quelque chose en commun, c’est l’exagération destructrice des commentaires sur les sujets africains. je comprend maintenant pourquoi t’a été retenu sur mondoblog de RFI.
    Critique professionnelle d’un Ami et frère qui veut te voir au sommet du journalisme africain.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *