Le « ting tang » de Blaise Compaoré

Les chefs d’État qui ont dirigé le Burkina Faso depuis son indépendance en 1960 bénéficient d’une amnistie suite à une loi votée le lundi 11 juin 2012 par l’Assemblée Nationale. Parmi ces anciens présidents, deux sont encore en vie (Saye Zerbo et Jean Baptiste Ouédraogo tous arrivés au pouvoir par coups d’État. Cette loi s’applique à l’actuel président du Faso Blaise Compaoré. L’assemblée nationale a voté la création d’un sénat et fixé des limites d’âges (35 ans minimum et 75 ans maximum) pour les candidats aux élections présidentielles. Que veut faire le Président du Faso ? Tentatives de réponses.
Que prépare le président du Faso Blaise Compaoré ? C’est la question que se posent bon nombre d’observateurs de la scène politique burkinabè après l’adoption de certaines lois le lundi 11 juin 2012 par l’Assemblée Nationale. Il s’agit de la loi amnistiant les anciens chefs d’Etat. Les anciens Présidents concernés par ces amnisties sont Saye Zerbo (entre 1980 et 1982) et Jean Baptiste Ouédraogo (Président entre 1892 et 1983) qui a gouverné le pays sous le nom de Haute Volta. Ces deux derniers sont arrivés au pouvoir à la suite de coups d’Etat tout comme Blaise Compaoré. En plus de cette loi, deux autres ont été votées portant création d’un sénat et limitant l’âge des candidats à la Présidence à 35 ans au minimum, et 75 ans au maximum.

Lire la suite

 

À propos de l'auteur

Boukari Ouédraogo

Boukari Ouédraogo est journaliste multimédias et blogueur burkinabè passionné des nouveaux médias, du cinéma et du sport. Il blogue depuis 2009 pour le compte de Mondoblog.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *