Eyadema Merci, Eyadema Merci, E…

J’ai envie, ce soir, de chanter des louanges à notre bien-aimé cher et regretté papa Eyadema, le père de notre bien-aimé cher et regretté Faure Gnassingbé… euh… non, il n’est pas encore regretté lui, le Faure, il vit pour le moment, même si j’ai rêvé cette nuit qu’il a été envoûté par un instituteur béninois dont il a arraché la femme, et sachant combien prémonitoires sont mes rêves, moi qui ai vu en rêve Barack Obama, la veille de son élection à la tête des Etats-Unis, en train de prendre un verre avec moi, honneur qui prédisait son accession à la maison blanche, moi qui ai, deux jours avant la qualification du Togo à la Coupe du Monde 2006, rêvé Zahia en train de me faire des câlins sur une plage, ce qui signifiait que mon pays allait affronter le pays de Ribery et de Benzema, sachant donc combien prémonitoires sont mes rêves, je crains qu’avec cet affreux rêve que j’ai fait sur Faure Gnassingbé… hum… mais touchons du bois, rien n’arrivera à notre cher prégo, parce que Faure Gnassingbé qui s’en va, eh bien, c’est ma carrière qui sera en jeu, les provocations dans mes billets devenant aussi rares que des mots français dans la bouche d’une étudiante malienne.

Lire la suite

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *