Benoit Lecomte, chargé de programme à Grad Ong: « … d’ici 10 ans tous les paysans ouest-africains auront un Smartphone solaire connecté depuis leur champ »

Logo Mondoblog

L’Organisation non gouvernementale franco-suisse Groupe de réalisation et d’accompagnement pour le développement (Grad) basée à Genève en Suisse, s’active depuis plus d’une trentaine d’années à promouvoir les organisations paysannes en Afrique de l’Ouest. En plein boom technologique avec Facebook et les smartphones, Benoit Lecomte, chargé de programme à Grad n’imagine pas que 66% de la population africaine que représentent les paysans soient du reste.

Benoit Lecomte, Chargé de programme à l'Ong Grad lors de sa visite au Bénin (17 mai 2014)

Benoit Lecomte, Chargé de programme à l’Ong Grad lors de sa visite au Bénin (17 mai 2014)

Présentez-nous brièvement l’Ong Grad.

Depuis 1978 que notre Ong Groupe de Réalisation et d’Accompagnement pour le Développement (Grad) existe, nous travaillons sur deux principaux axes. Notre premier axe c’est la publication et l’édition de matériels pédagogique et ludique sur la solidarité internationale et le développement durable. Il s’agit des livres de contes, des bandes dessinées, de tous les âges surtout centrés sur la sensibilisation, la formation aux enjeux de solidarité internationale et de développement durable. Notre deuxième axe s’articule autour de l’écoute et l’appui à la communication pour le développement au profit des Organisations paysannes. A ce niveau, nous nous intéressons à stimuler, de faire réfléchir pour voir comment ces organisations petites ou grandes peuvent utiliser les moyens de communication en vue de renforcer les compétences de leurs membres. Notre motivation est donc de promouvoir les Organisations paysannes en Afrique de l’ouest.

 Dans quel cadre se situe votre visite au Bénin ?

Avec le Réseau des organisations et producteurs paysans d’Afrique (Roppa), notre partenaire privilégié en Afrique subsaharienne, nous avons initié une tournée d’information, de sensibilisation, et d’initiation des plates formes nationales et leurs fédérations membres sur l’arrivée d’un nouveau support de communication assez révolutionnaire pour l’Afrique de l’ouest. Ce support c’est la jointure entre les Smartphones qui commencent à envahir l’Afrique et l’utilisation de Facebook comme un outil de bureau, de facilitation de la communication. Notre vision c’est que d’ici 10 ans tous les paysans ouest-africains auront un Smartphone solaire connecté depuis leur champ.

 Mais en quoi Facebook peut-il vraiment révolutionner le développement rural ?   

Nous avons repéré il y a 4 ou 5 ans que Facebook est un outil intéressant très pratique pour communiquer entre paysans. Les gens se sont rendu compte qu’effectivement Facebook était un puissant outil de travail et non juste réservé pour faire la tchatche ou s’amuser entre amis. Grâce à la puissance de Facebook, les paysans peuvent partager des informations, des expériences et échanger sur les innovations. Avec un Smartphone connecté à Facebook vous avez tout le savoir moderne du monde chez vous. Les paysans peuvent même produire leur propre contenu en enregistrant de l’audio, en publiant des photos, des vidéos ou du texte pour partager des réalités paysannes à l’endroit de l’Afrique et du monde entier. Et puis il y a tout un contexte qui évolue dans ce sens de paysan connecté dans son champ. Il est un fait aujourd’hui que Facebook et le Smartphone sont à la mode et s’imposent progressivement presque à tout le monde à commencer par les élites en ville et les populations rurales. On constate aussi que les prix des équipements pour faire Facebook deviennent vraiment très abordables mais aussi le prix de la connexion internet baisse de plus en plus en Afrique. Par exemple au Nigéria, 81% des communications effectuées sur internet sont faites à partir de téléphone mobile comme les Smartphones.

 Alors sur quel(s) levier (s) doit-on appuyer pour que la connectivité à Internet en milieu rural s’accélère ?

Je pense que grâce à l’engagement économique et financier très fort des opérateurs de téléphonie mobile qui se battent vraiment pour essayer de développer leur marché, d’atteindre de nouvelles zones géographiques et même de couvrir l’Afrique, la connectivité à internet avance bien. Il y a aussi que de part les évolutions technologiques, on pense que la vision d’un paysan connecté en Afrique de l’ouest a changé. Par exemple, par la volonté d’avoir un Smartphone, cela peut amener de la lumière dans une zone. Car on voit maintenant de plus en plus que c’est le besoin pour le paysan de charger la bactérie de son téléphone portable qu’il fait amener de la lumière chez lui avec les chargeurs solaires mixtes. Maintenant c’est à nous les communicateurs pour le développement rural de avoir comment faire approprier cet outil aux paysans. Car il ne suffit d’avoir accès à la culture pour être cultivé ; il faut se l’approprier. A cet effet, il faut qu’on trouve les moyens pour amener ces paysans à produire aussi du contenu et non seulement consommer du savoir.

 Mais comment faire face aux difficultés linguistiques d’utilisation de Facebook par des paysans analphabètes ?

Facebook n’a jamais été fait pour parler uniquement en Français ou en Anglais. Il existe des groupes sur Facebook qui communiquent en fulfulbé, en Wolof, etc. Je pense qu’il pourrait avoir aussi des sites ou groupes Facebook dans les langues nationales du Bénin. Il faut savoir que le moteur pour les paysans va être économique ; soit pour connaître les prix sur le marché, soit pour contacter les clients ou joindre leur famille. Le plus important c’est le contenu que les paysans veulent partager et c’est à eux de décider de la ou des langues qui s’y adaptent. C’est un défi intéressant qui fait suite aux gros efforts déjà accomplis en matière d’alphabétisation en Afrique.

Propos recueillis par Mikaïla ISSA

À propos de l'auteur

Mikaïla ISSA

Journaliste-reporter, il a le goût de l’investigation et de la vulgarisation d’informations à destination de tout public. Jeune leader médias Project manager, il s’intéresse aux TIC4Dev et marketing des nouveaux médias. Il est engagé au sein de sa communauté à l’utilisation des nouveaux médias comme instrument pour le développement socio-économique, surtout dans le cadre de la promotion du leadership jeune et d’un monde de libre expression et de paix. Mikaïla s’investi activement dans le monde de la jeunesse en vue de contribuer efficacement au développement et à la promotion des initiatives citoyennes. Actuellement il participe à la mise en œuvre d’un programme volontariste de jeunes africains : « AFRIC’Action », Revue Numérique de Communication sur les Initiatives des Jeunes Francophones d'Afrique.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *