Les pépites de Mondoblog : entre espoirs et déceptions

permaculture

 Bonjour à toutes et à tous,

Bienvenue dans cette sixième édition de la lettre qui détaille les petites merveilles dénichées parmi les billets postés par les Mondoblogueuses et les Mondoblogueurs, lors de la quinzaine écoulée. Durant cette quinzaine les blogueuses et blogueurs ont surtout navigué entre espoir et déceptions.

De nombreux blogueurs ont produit des articles à propos des élections. Les élections représentent toujours une source d’espoir pour les peuples à l’exemple du peuple ivoirien. Il faut dire que c’est un événement important pour ce pays, quand on se rappelle du psychodrame des élections présidentielles de 2010 à la suite desquelles le pays s’était enfoncé dans de graves violences. Fofana Baba Idriss, dans un article très documenté, prodigue de précieux conseils aux blogueurs et militants qui veulent couvrir ce scrutin. En Guinée, les blogueurs et les web-activistes avaient déjà pris les devants en se mobilisant autour de la récente présidentielle dans leur pays. Cette mobilisation a été couronnée de succès, selon Sally Bilaly Sow. De son côté, Daye Diallo, un autre blogueur Guinéen, expatrié au Canada, profite des élections fédérales qui ont abouti à l’avènement d’un nouveau premier ministre pour passer en revue la situation politique dans son pays d’adoption. Toujours dans le domaine de la politique, Maudou la Martiniquaise nage en plein désespoir. Elle se demande comment nous en sommes arrivés à avoir honte de parler des sujets publics, qui impactent pourtant notre quotidien et qui encadrent l’emploi, l’éducation, la santé. La Camerounaise Elsa Njiale, sous le prisme du récent coup d’État manqué au Burkina Faso, s’interroge sur les responsabilités politiques dans le ralentissement du développement des pays africains.

Djifa Nami a été amèrement déçue par une ancienne connaissance qui, elle le croyait, était restée proche d’elle. Le réseau social Facebook l’ayant induite en erreur car elle tenait pour vraie l’amitié manifestée par son « ami » via ce réseau. Elle propose d’ailleurs qu’à côté du bouton au pouce levé, apparaisse les boutons « vu », « vu et approuvé » et enfin le bouton « oui, et alors ? ». Coïncidence ou pas, Behem annonce en même temps que Facebook implémentera de nouveaux boutons. Bien loin par contre de ceux que Djifa aurait aimé voir, puisqu’il s’agirait des boutons « j’adore », « haha », « génial », « wouah », « triste » ou «en colère ».

A Madagascar, une petite lueur d’espoir montre le bout de son nez pour l’avenir de la planète. Les paysans Malgaches ont découvert la permaculture, qui d’après les descriptions de Lalah Aranaiana, prescrit l’abandon des produits chimiques pour les cultures et fait plus appel aux ressources cognitives qu’à la force physique. Mahmoud lance ce qui pourrait aussi s’apparenter à un message d’espoir pour l’avenir de notre planète, puisqu’il demande aux hommes de se battre pour l’avenir de la Terre et de l’humanité en cessant de chercher la vie ailleurs, dans les étoiles.

L’espoir de voir les droits des femmes respectés et l’égalité entre les hommes et les femmes sortir des fonds baptismaux pour devenir une réalité pourrait être encore plus vivace si les hommes étaient impliqués dans ce combat. C’est l’avis que partage Bizimana. Le fait qu’un Africain préside aux destinées de la toute puissante FIFA, malgré les circonstances rocambolesques qui ont favorisé cet état de fait, est aussi un motif d’espoir pour la jeunesse du Continent. D’ailleurs, pour Jean Hubert Bondo, un tabou a clairement été brisé. Une autre chose brisée a été l’omerta sur toutes les exactions dont ont été victimes les populations tchadiennes pendant le règne d’Hissène Habré. La blogueuse Rose Roassimsalue le courage de ces femmes jadis esclaves sexuelles, qui ont témoigné lors du procès de l’ancien dictateur.

Wébert Charles a profité de la tenue d’un colloque international sur Dany Laferrière à la Sorbonne pour brosser un portrait de cet écrivain qui a marqué l’histoire d’Haïti d’une empreinte indélébile. Issa Sangaré ne ressent aucune fierté à voir le drapeau malien flotter sur les Champs Élysées, car il est persuadé que les maliens rembourseront jusqu’au dernier centime les moyens déployés par l’« ami » français lors de ses diverses interventions dans son pays. Le Congolais Emmanuel Leu porte un regard croisé et en musique sur la prostituée en RDC, quand son compatriote Didier Makal s’interroge sur le sort qui est réservé à ceux qui osent ramer à contre-courant de la tendance actuelle à l’homophilie.

Focus sur…

Capture d’écran 2015-10-26 à 12.06.35 L’auteure de ce blog ne dévoile pas son identité. Il faut dire qu’elle pourrait difficilement faire autrement pour la simple raison qu’elle est, selon sa propre description, une femme homosexuelle qui vit en Afrique, un continent dans lequel beaucoup sont clairement hostiles à ceux et celles qui ont cette orientation sexuelle. Ce blog a cependant une véritable raison d’être, puisque tout au long des articles, le lecteur découvre l’homosexualité de l’intérieur, le quotidien des homosexuels, leurs peurs, leurs espoirs. Les codes qu’ils utilisent, les manières dont ils se protègent et assurent leur sécurité. La blogueuse, en fin de compte, veut passer un message simple : les homosexuels sont des gens comme tout le monde. Recto Verso est un blog excellemment rédigé et édifiant. Il ne plonge pas dans la propagande LGBT. Il mettra néanmoins de l’eau dans le moulin à la fois de ceux qui mettent un point d’honneur à combattre ce qu’ils considèrent comme une déviance. Tout comme il donnera du grain à moudre à ceux qui défendent les droits des personnes homosexuelles. Et enfin, il fera sourire les personnes neutres qui s’amuseront de l’humour de la blogueuse. Tout le monde y trouvera son compte.

A bientôt !

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *