Les pépites de Mondoblog : des rires et des larmes

Bonjour à toutes et à tous,

Les blogueuses et les blogueurs ont comme à leur habitude agrémenté la quinzaine qui s’achève de productions aux thématiques variées. On peut dire que sur Mondoblog, ces deux dernières semaines, nous avons eu des sourires et des larmes. Rétrospective.

On rit d’abord de bon cœur quand le Camerounais Ecclésiaste Deudjui, dans son habituel style caustique et allègrement exagéré, détaille les raisons pour lesquelles il faut esquiver les hommes en voiture. Le Toubib de Dakar raconte l’histoire hilarante d’une rencontre peu habituelle dans un stand de tir. En effet, un homme s’est présenté à lui et ses amis, en leur expliquant qu’il portait sur lui des gris-gris pare-balles. Il a ensuite demandé que l’on tire sur lui afin de tester son efficacité, ce qu’ils ont bien évidemment refusé de faire. La suite se passe de commentaires. L’une des nouvelles est que le Salaud

Lumineux est tombé amoureux. Brièvement, certes, mais c’est une information d’importance. Eteh Komla Adzimahe détaille les circonstances de ce coup de foudre, tout en ne se départissant pas de cet humour taquin et de ses habituelles formules alambiquées et souvent équivoques qui rendent ses textes bien difficiles à suivre. Le Congolais Saka essaie de comprendre ce mal de plus en plus pernicieux qui sévit sur le continent africain. Un mal qui est selon lui, autrement plus dangereux que le virus Ebola ou même le paludisme. Un mal qu’il a identifié comme étant leVMC, le virus de la modification constitutionnelle, qui s’est propagé à plusieurs pays africains déjà.

A l’opposé, Solo Niaré met la larme à l’œil du lecteur. Il raconte l’histoire tragique, poignante et révoltante d’une jeune tchadienne qui n’a pas vu d’autre moyen d’échapper à un mariage forcé que de s’immoler par le feu. Une jeune femme qui a finalement succombé de ses blessures, malgré les soins intensifs auxquels elle était soumise, sous le regard indifférent de sa famille qui l’avait abandonnée. Une vidéo postée sur internet a soulevé l’indignation en Guinée. Une vidéo dans laquelle on voit un musicien local obliger une jeune femme visiblement terrorisée à se mettre nue, la menaçant de la poignarder si elle ne s’exécute pas.

Thierno Diallo relate la levée de boucliers que ce sombre fait divers a provoquédans son pays. Minthembaré observe le monde et s’interroge sur la pertinence de l’Organisation des Nations Unies, qui semble avoir bien du mal à mener des actions qui vont dans le sens de la préservation et de la consolidation de la paix, qui sont pourtant sa raison d’être. De son côté, Mahamat Nour raconte la riche journée dans la peau d’un membre du staff des Nations Unies à Goré au Tchad, dans un camp de réfugiés centrafricains. Le blogueur Haïtien Widlore Mérancourt explique que contrairement au poncifs habituellement entendus, donner de l’argent aux pauvres ne les pousse pas à la mendicité. Car ces modes de vie ne sont pas un choix et que dans la mesure des moyens de tout un chacun, il faut être charitable. Rocio Avila nous procure une petite dose de frisson en nous plongeant dans la tradition de la célébration du jour des morts au Mexique, qui coïncide avec la Toussaint chez les catholiques ou d’Halloween pour les anglo-saxons. La mort, Diambar l’a vue de près quand il a été victime d’un accident à bord d’un car rapide dans lequel il avait pris place. Il en profite pour attirer l’attention du nombre important d’accidents dans lesquels les cars rapides de Dakar sont impliqués et des morts qu’ils causent chaque année.

Parmi les autres thématiques abordées, on mentionnera l’émergence de la twittosphère béninoise qui a pour points centraux le compte communautaire « @226People » et le mot-dièse « #Wasexo ». Atman Bouba en fait le détail. Didier Ndengue a été subjugué par une beauté double : d’abord celle de la miss Cameroun auprès de qui il a passé quelques heures ; ensuite celle, majestueuse, des chutes d’Ekom-Nkam qui sont devenues célèbres après avoir abrité le temps de quelques scènes le tournage du film Tarzan au début des années 1980. La Malgache Fa-Tiana regrette les tarifs prohibitifs appliqués aux étrangers quand ils visitent les sites touristiques de son pays, qui peuvent être jusqu’à trente-deux fois plus élevés que ceux dont doivent s’acquitter les nationaux.

Son compatriote Rijaniaina revient sur les incompréhensions des Malgaches suscitées par le classement de Forbes Afrique qui a fait la liste des africains francophones les plus riches.

Benjamin Youbouet évoque le dilemme devant lequel se trouvent les jeunes expatriés ayant terminés leurs études à l’étranger face au choix qu’ils ont de rester dans leur pays d’adoption ou de retourner dans leur pays d’origine. Un autre dilemme est celui que vivent les Africaines qui ne savent plus s’il faut être svelte ou alors ronde, tant les signaux que leur envoie la société sur l’apparence physique sont contradictoires. Fatoumata Chérif en fait un état des lieux.

On terminera avec cette critique du film « Crimson Peak » du cinéaste Guillermo Del Toro, réalisé par la Berlinoise Amalka. Un film qu’elle a trouvé « étrange, inégal, le plus souvent vide et caricatural, malgré une photographie magnifique, et des décors et costumes somptueux ».

Focus sur… La plume parlante

 

La-Plume-Parlante

Guillaume Djondo est un jeune et talentueux blogueur qui vit à Lomé, la capitale togolaise. Sur son blog « La Plume Parlante », il raconte avec un brio certain les aventures et mésaventures qui jalonnent son quotidien. Sa plume est légère, précise, extrêmement parlante et s’embarrasse très peu d’inutiles circonvolutions. Les sujets qu’il aborde sont variés, mais quand on est un habitué de son blog, on se rend compte assez rapidement que son thème de prédilection est l’amour. Un amour qu’il déclare à une mère, mais bien plus souvent à une fille rencontrée dans des circonstances troubles. Guillaume parle aussi sur son blog des défis de la jeunesse dans son pays, de la religion, du comportement des jeunes filles, de la politique, de littératureS. Son écriture n’est pas linéaire et uniforme. Le blogueur adopte une posture strictement philosophique dans certains billets et dans d’autres, il se laisse aller à un style beaucoup plus léger, humoristique même. Il bifurque même volontiers vers la poésie. « La Plume Parlante » est un blog extrêmement bien rédigé qui fera immanquablement le bonheur des amateurs de romantisme et de lecture.

A bientôt !

À propos de l'auteur

René Jackson Nkowa

Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.

Archives par auteur

3 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *