Les pépites de Mondoblog: entre terreur et vie quotidienne

Bonjour à toutes et à tous,

Bienvenue encore une fois dans ce bref aperçu des thèmes abordés pas les Mondoblogueurs au courant des semaines qui viennent de s’écouler. Il a notamment été question de l’attentat de Nice, des réseaux sociaux ou encore de l’éloignement.

Coup de projecteur : dossier sur l’éducation au Togo

Marek Lloyd, Laurent Eli, Renaud Dossavi et Edem Gbétoglo sont quatre blogueurs Togolais qui se sont penchés sur la situation de l’éducation dans leur pays. Les taux de réussite aux divers examens sont plutôt meilleurs que ceux des autres pays de la même région, mais il s’agit selon eux d’un arbre qui cache une immense forêt. Une forêt représentée par un manque criard de moyens matériels d’enseignement et des limites évidentes sur les plans didactique et pédagogique. Les blogueurs ne se contentent toutefois pas seulement d’apporter un regard critique, mais aussi proposent des solutions. Ce dossier, très argumenté, vaut sur bien d’aspects aussi bien pour d’autres pays du Continent que pour le Togo.

8203372110_7df8d7f165_b

 

Nice / Inde et RDC

Plus aucune journée, ou presque, ne passe sans qu’une attaque de nature terroriste ne soit recensée quelque part dans le monde. L’Europe de l’ouest est dans l’oeil du cyclone des attentats. Le plus grave d’entre eux s’est produit à Nice le 14 juillet dernier. Cet attentat n’a pas manqué de faire réagir les blogueurs, dont Sébastien Kérebel, pour qui ce carnage doit pousser les gens à oublier les analyses simplistes, à ouvrir les yeux et à s’interroger sur les raisons profondes qui poussent des jeunes à s’attaquer aux pays dans lesquels ils sont nés ou ont longtemps vécu. En République démocratique du Congo, la population s’est émue des assassinats des ressortissants du pays commis en Inde. Au point où des Indiens vivant en RDC ont été menacés. Une vendetta complètement absurde pour Will Cleas, quifustige l’idée qui s’est répandue dans l’opinion, selon laquelle l’Inde aurait un problème avec les ressortissants de la RDC en particulier.

– Après Nice, ouvrir les yeux sur notre monde

– L’Inde ne tue pas les Congolais

Vivre loin / La problématique du retour

Ceux qui vivent loin de leur pays sont presque tous habités d’une même crainte : celle de recevoir un message ou un appel téléphonique leur annonçant la disparition d’un proche. L’idée de perdre quelqu’un alors qu’on est loin est une hantise, ainsi l’exprime la blogueuse sénégalaise Aminata Thior. Une autre préoccupation assaille ces expatriés, notamment Africains : celle du retour. Lequel retour est, selon Benjamin Yobouet, très souvent considéré (à tort) comme un échec par ceux qui les voient revenir.

– L’entre deux cultures : « Allô, il est mort »

– Non, rentrer ce n’est pas échouer

Snapchat / Pokémon / Start-up

Clara Delcroix est ravie. Ravie parce que le ministère de l’éducation de son pays a récemment ouvert un compte sur Snapchat, une application pour mobiles qui permet la réalisation et la diffusion de vidéos éphémères. Un portail lancé avec la diffusion d’informations sur le baccalauréat. Une action idoine de la part de cette institution qui selon la blogueuse, profitera du fait que ce programme informatique est surtout utilisé par des jeunes de moins de 25 ans pour toucher un public différent. D’autre part, un jeu vidéo fait la une de la chronique ces dernières semaines : Pokémon GO, qui se propose de faire découvrir aux joueurs leur ville à travers la réalité augmentée. Sauf que dans la pratique, les adeptes de ce jeu font face à bien de périls, comme l’explique Sophie, qui en a fait la liste. Pour finir, en cette période où on parle beaucoup du développement des start-up, force est de constater que l’entrepreneuriat technologique ou alors l’entrepreneuriat tout court a mal à son expansion en Afrique. Sandrine Naguertica se demande si la culture africaine et l’entrepreneuriat peuvent réellement faire chemin ensemble.

– L’éducation nationale sur Snapchat

– Pokémon GO, puis quoi encore ?

– Culture et entrepreneuriat en Afrique, deux faux amis ?

Papier journal / Danseuse étoile

Dans de nombreuses régions du monde, le papier journal finit sa course en servant d’emballage pour les aliments. Jacques Kiroua en explique les raisons, mais surtout s’appesantit sur les risques de cette destination de ce type de papier qui, dans son élaboration, est traité par des produits qui le rendent impropre à ce type d’utilisation. Nous terminerons avec une plongée dans l’ambiance chaude, humide et quelque peu psychédélique d’une discothèque de Port-au-Prince, rythmée aux sons de la salsa et du merengue. Sonorités sur lesquelles se déhanche une belle sur la piste de danse. Une soirée qui est joliment racontée par Meem Shoomeatove.

– Le papier journal, une seconde vie qui ne rassure pas

– La boîte à musique et sa danseuse étoile

Focus sur…

Capture d’écran 2016-07-25 à 14.11.08 copie

 26 rue du Labrador

Stéphane Huët est un jeune journaliste Mauricien qui se sert de son blog, 26 rue du Labrador, comme d’une caisse de résonance pour ses voyages. Des voyages qui, il faut le dire, traversent bien des frontières. Pour preuve, depuis bientôt quatre années de présence sur Mondoblog, il a alimenté ses lecteurs de chroniques sur la vie quotidienne à l’Île Maurice, sur ses escapades à Dakar au Sénégal ou à Abidjan en Côte d’Ivoire. Mais ce sont surtout ses péripéties au Népal, où il a exercé son métier, qu’il raconte dans un ton à la fois sérieux et teinté d’humour, même quand il s’est agi de narrer le séisme qui a frappé Katmandou en avril 2015. Une catastrophe qu’il a vécue aux premières loges. Le blog de Stéphane est celui d’un globe-trotter qui se veut être un Tintin en version plus rock-n-roll. Peut-être un Tintin tout court. Est-ce la raison pour laquelle il a choisi de faire de l’adresse de l’immeuble de ce personnage fictif le nom de son blog ?

 

À bientôt!

1 Commentaire

  1. Merci Jack pour ce condensé à travers tes pepites. Ça m’a permis de relire en diagonale et en quelques temps tous ces billets savoureux. Au plaisir…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *