Les pépites de Mondoblog :  un bouillonnement d’humanisme

Deux enfants de dos

Bonjour à toutes et à tous,

La solidarité numérique, le développement, la fraternité et l’humanisme ont été le fil d’Ariane ces dernières semaines. La tristesse aussi, car Mondoblog a une fois encore été endeuillé par la disparition d’un blogueur.

Coup de projecteur : les Tombouctiennes valent-elles moins que les mausolées?

Le blogueur Georges Attino se désole du sort réservé aux femmes de Tombouctou, qui sont d’après lui les grandes oubliées du processus de reconstruction de cette ville sahélienne, occupée et en partie détruite par les djihadistes en 2012. Les autorités maliennes et les instances internationales se préoccupent beaucoup plus de la réhabilitation des mausolées que de la réparation des femmes qui ont subi toutes sortes de violences et même des viols pendant cette occupation. Il n’oublie toutefois pas de relever le fait que le recensement de ces femmes est rendu difficile parce que pour elles, reconnaître qu’on a été violée est une honte à la fois pour la femme et pour sa famille.

tombouctou

Solidarité numérique / Fraternité / Développement

Quelle place est allouée à la femme rurale dans le numérique en Haïti ? Pas beaucoup. La solidarité numérique connaît un réel blocage à ce niveau. Nelson Deshommes regrette cet état de fait et propose des solutions afin de permettre à la femme rurale de son pays de profiter des atouts offerts par le numérique.

La fraternité est-elle un éternel long fleuve tranquille ? D’après Ammelfou, pas toujours. Il part d’une expérience personnelle – des escarmouches avec ses frères – pour démontrer que les relations fraternelles sont parfois moins « fraternelles » qu’elles ne le semblent au premier abord.

Snaguertica a lu la récente chronique de Hamidou Anne qui a déclaré que « l’entrepreneur ne changera pas l’Afrique ». Quoique rejoignant le chroniqueur sur certains points, l’article l’a laissée quelque peu dubitative, car si l’entrepreneur Africain ne peut pas changer le continent, il semble évident pour la blogueuse qu’il la développera.

La solidarité numérique : une chance pour les femmes rurales d’Haïti

Fraternité vous avez dit

L’entrepreneur ne changera pas l’Afrique, mais il la développera

Bouddha / Départ / Télénovelas

La Thaïlande fait en ce moment la une de l’actualité avec le décès de son roi Rama IX. Mais avant le décès du souverain, Somwang avait porté un regard critique sur l’autre souverain du pays, Bouddha lui-même. Ce Dieu vénéré dans de nombreux pays en Asie n’est-il pas un brin nationaliste? En fait, il questionne l’appropriation exclusive les Thaïlandais se font de leur Bouddha.

A travers le regard d’une jeune femme, Typhaine parle de l’appréhension mêlée d’excitation ressenties chaque fois qu’on change de vie, chaque fois qu’on boucle ses valises pour partir ailleurs y recommencer un autre épisode de sa vie.

Au Brésil, les télénovelas sont la deuxième religion après le football. Ce genre télévisuel avait été largement promu par la dictature afin de souder le pays. La blogueuse ivoirienne Guiza Sonia évoque leur évolution et révèlenet ce que les télénovelas disent de la société brésilienne.

Bouddha est-il nationaliste ?

Repartir – Un moment de vie

Les télénovelas, la deuxième religion du Brésil

Sobriquets / Barcelone / Honneur / Peine de mort

D’où proviennent les petits noms et les sobriquets dont sont affublés les différents présidents de la Côte d’Ivoire ? Jean-Paul Soro dévoile l’histoire de ces surnoms qui souvent découlent d’un détail de la personnalité de ces présidents et qui élèvent certains d’entre eux à la position de mythes.

Dans une démonstration, il faut le dire, tirée par les cheveux, Enguialle explique que les nouvelles tendances capillaires du footballeur Lionel Messi et de son coéquipier Neymar ont quelque chose à voir avec l’évolution de l’attrait touristique de la capitale catalane. Le sort réservé aux sportifs qui ont porté haut les couleurs malgaches pose question. Celui de Jean-Louis Ravelomanantsoa, le seul athlète valide Malgache ayant jamais disputé une finale lors des JO (c’était en 1968 à Mexico), en est l’illustration parfaite. Iajantiana dit pourquoi.

Pour terminer, Will Cleas, dans un billet recherché, essaie de démêler le flou qui entoure la question de la peine de mort en République Démocratique du Congo.

L’histoire des sobriquets des présidents ivoiriens

Barcelone : l’été de tous les records

C’était un sportif Malgache, honorez-le

Peine de mort : la RDC toujours dans l’impasse

Focus sur…

ubuntu

Ubuntu

La société sud-africaine est l’une des plus particulières du monde et l’une des plus intéressantes à observer. Ceci à cause du « métissage et de l’interculturalité » des différentes populations qui la composent. Elle est aussi intéressante car c’est la dernière grande population à avoir connu la ségrégation raciale. L’autre intérêt de l’Afrique du sud est qu’il est le pays le plus prospère du continent africain.

Mettons un peu de côté ces considérations macro-sociétales et demandons-nous comment vivent les Sud-africains au quotidien. Le blog Ubuntu d’Amélie Jacques est un excellent début de réponse à cette interrogation. La Française, avec sa famille, a décidé de s’installer à Soweto, la célèbre banlieue noire de Johannesburg. Une banlieue connue pour avoir été le théâtre des heures les plus sanglantes de l’apartheid, une banlieue encore marquée par une grande pauvreté.

Amélie écrit, et décrit la vie au jour le jour. Les difficultés de l’existence, les bruits et les sons, mais surtout raconte des vies singulières. A l’exemple de celle de la matrone de son quartier, de celle de la crèche tout près de chez elle, de celle de son voisin qui transmet son amour pour la musique aux jeunes du quartier, de son amie infirmière, de celle de Soweto au réveil… Amélie, par son blog très joliment rédigé, révèle cet humanisme qu’elle peut encore trouver dans cet univers défavorisé, mais qui respire à pleins poumons, qui dégage un enthousiasme et une joie de vivre à nul autre pareil.

Cette édition des Pépites de Mondoblog est dédiée à la mémoire d’Omar Daroun Bah, Mondoblogueur guinéen, qui nous a quittés le 29 septembre dernier. Il était l’auteur du blog Banntayhi Daroun.

 

À propos de l'auteur

René Jackson

Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *