Les pépites de Mondoblog : des jardins magiques

Bonjour à toutes et à tous,

Dans cette édition de l’infolettre, nous verrons que les blogueuses et les blogueurs ont fait des prouesses magiques. Deux sommités ont discuté dans le jardin de l’un, l’autre a ouvert la porte des contre-mondes, une autre a révélé un amour magique. D’aucuns ont découvert une ville-bonheur, quand les derniers ont magnifié l’intelligence. Exploration.

 

Coup de projecteur: deux prix Nobel dans un jardin wallon

Tanguy Wéra a invité deux éminences grises à prendre un verre dans son jardin, quelque part en Wallonie, en cet été qui fut caniculaire. Il s’agissait de Élinor Ostrom, la première femme à obtenir un prix Nobel d’économie en 2009. Le deuxième invité était John Steinbeck, prix Nobel de littérature en 1962. Rencontre atypique entre deux personnes décédées et le blogueur bel et bien vivant. Lequel blogueur fait un parallèle intelligent entre les œuvres de ces personnalités, abordant la première migration climatique de l’ère moderne aux USA, dans les années 1930 d’une part et la gestion catastrophique des nappes phréatiques dans la Californie des années 1960 d’autre part. Leurs travaux font écho à la situation de cette contrée belge dans laquelle ils sont assis en 2018, qui fait face aux affres de la sécheresse et de l’assèchement de ses ruisseaux.

 

Jardin / Ville-bonheur / Aretha

Destination Bassignac, dans le Cantal, en France, où Marie nous emmène à la visite d’un jardin atypique : le Jardin Délirant. Fruit de l’esprit extravagant de sa propriétaire, dans ce lieu se mêlent jardinage, art et amour. Ce qui à une autre époque fut un jardin pédagogique, est devenu une sorte de patchwork où la propriétaire s’essaie à composer des œuvres en se servant essentiellement de textiles.

Le Jardin Délirant, quand le jardinage rencontre le land art

 

La commune de Saut-d’Eau, juchée dans le centre d’Haïti, a une bien curieuse particularité : des centaines de pèlerins s’y bousculent quotidiennement, qui pour vouer un culte à l’eau, qui pour invoquer les esprits vaudous  qui pour effectuer un parcours initiatique vers ce coin d’une beauté à couper le souffle, qui pour y mener des études anthropologiques. Peterson Antenor est parti en excursion et nous dévoile une partie de son carnet de voyages.

Saut-d’Eau, la ville-bonheur

 

Une immense chanteuse nous a quittés le 16 août dernier, laissant derrière elle un héritage incommensurable et les foules éplorées. Il s’agit bien entendu d’Aretha Franklin, l’artiste américaine. Les hommages à l’endroit de ce monument de la musique moderne ont abondé de toutes parts. Des hommages auxquels le Congolais Hyppolyte Kitambala a joint sa voix.

Hommages à Aretha FRANKLIN

 

Contre-mondes / Rêve / QI

« Ils aiment aller dans des mondes opposés. » Dans des contre-mondes. Des contres-mondes auxquels on accède de deux manières. Soit par procuration, en se perdant dans le monde imaginaire d’un auteur, en s’insinuant, par la lecture, dans son contre-monde à lui ; soit en s’en créant un, son propre contre-monde, devenir personnage soi-même. Ainsi vit l’âme de Jule, naviguant entre réalité et autres dimensions.

Gegenwelt

 

Elle a choisi Jihane Chahwane pour sa capacité à agencer les mots. Elle l’a choisie pour mettre par écrit une histoire. Son histoire d’amour un peu atypique. De ce lien avec cet homme, ce lien si fort que les années et la distance n’ont pas réussi à distendre. Aujourd’hui, elle vit avec lui une histoire d’amour pleine de respect et de prévenances mutuelles.

« Je le faisais rêver »

 

Quelle est la place donnée aux personnes à haut potentiel intellectuel en Afrique ? Aux surdoués, aux hypersensibles, à toutes ces personnes qui perçoivent le monde avec une réalité et une acuité qui n’est pas donnée au commun des mortels ? Afi Affoya se pose la question.

Trop intelligents pour être heureux en Afrique

 

 

Ruralité / Ostracisme / Exclusion / Discriminations

La situation des populations rurales à Madagascar est préoccupante. Précisément sur le plan politique, le blogueur Rijaniaina fait remarquer que les discours et les politiques publiques menées oublient ostensiblement cette catégorie de la population, qui, pour la plupart, vit en marge de tout. Mais qui est la première sollicitée lors des élections, car elle représente un vivier de voix important.

Un vivier d’électeurs malgré eux à Madagascar

 

Anjouan est une petite île de l’archipel des Comores, un territoire situé à mi-chemin entre Madagascar et le reste du continent africain. Les Anjouanais, les natifs de l’île, sont cependant victimes d’ostracisme de la part des populations des autres îles. Naoumane s’est fait témoin de leur vécu loin d’être évident dans un pays qui est pourtant le leur.

L’Anjouanais ou « pièce à conviction »

 

La pauvreté et la précarité ont fait leur nid en Guinée Conakry. Et l’une des conséquences les plus vivaces de cet état de fait est l’occupation anarchique des trottoirs, voire de la chaussée, par des étals et des commerce divers. Ces activités sont pratiquées par des personnes défavorisées et le gouvernement du pays a décidé de les déloger. Ce contre quoi Alpha Oumar Baldé s’insurge.

Exclure les exclus

 

Depuis l’année 2016, une forte crise secoue les deux régions anglophones du Cameroun. Fabrice Nouanga estime que les populations originaires de ces parties de son pays ont toujours été victimes de discrimination. L’occasion pour lui de revenir aux origines directes de cette situation.

Cameroun : ces discriminations que les anglophones subissent

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *