Les pépites de Mondoblog : engagement et amitié

Bonjour à toutes et à tous,

Le médecin Congolais Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes » a reçu le Prix Nobel de la paix pour son travail auprès des femmes victimes de violences en RDC. Cette information donne le ton de cette infolettre, dans laquelle, on le verra, l’investissement, le don de soi, le sacrifice, l’amitié et la solidarité ont fait loi.

Maison connectée / Engagement / Prix Nobel

C’est un tiers-lieu éducatif imaginé il y a plus d’une dizaine d’années par un groupe de jeunes acteurs de la société civile ivoirienne et internationale. Après moult péripéties, le projet est sorti de terre : la Maison Connectée des Savoirs de Grand-Lahou. Elle permettra aux jeunes de cette ville de l’ouest de la Côte d’Ivoire de ne pas être en marge de l’alphabétisation numérique. Un article de Jean Christ Koffi.

Quand connaître devient un devoir, il donne la Maison Connectée des Savoirs (MCDS) de Grand-Lahou

 

Les réseaux sociaux sont bien souvent associés au tintamarre et au bavardage inutile. Mais il arrive qu’ils soient la rampe de lancement de mouvements solidaires. C’est ainsi que deux collectifs, qui se sont créés sur Facebook, ont fait des dons dans des orphelinats camerounais. Un moment mémorable, raconté par Tchakounté Kemayou.

Sur internet, les Camerounais s’engagent pour la scolarisation des enfants vulnérables

 

Le 05 octobre 2018, le docteur Congolais Denis Mukwege s’est vu attribuer le Prix Nobel de la Paix. Pour Chantal Faida, cet événement doit permettre à la communauté internationale de tourner le regard vers la RDC, un pays qui n’a pratiquement jamais connu la paix depuis deux décennies…

L’essence d’un Prix Nobel de la paix en RDC

 

Ecureuil / Saut / Avant

Les autorités du football béninois ont récemment pris la décision de changer le nom de leur équipe nationale, qui jusqu’à lors porte un nom peu farouche : « Les Écureuils ». Solo Niaré s’interroge sur la bête qui sera choisie pour représenter le pays, compte tenu du fait que les autres pays africains se sont déjà largement servis.

Bénin : c’est le nom de la bête qui fait l’équipe nationale de football

 

On parle des exercices physiques, mais on parle rarement du saut à la corde, qui permet pourtant de brûler deux cents calories en seulement trente minutes d’activité. C’est sans aucune peine que Hashim Hounkpatin nous le recommande.

Sautez ! Vous ne calerez pas en l’air !

 

Il arrive des moments où on a des coups de pompe, où on est fatigué, où on ne sait plus vraiment où aller. Parce qu’on a perdu un emploi, un être aimé, ou un bien chéri. Que faire ? Abandonner ? Laisser tomber ? Ou alors continuer à se battre, essayer de passer au-dessus de ses difficultés ? Stella Attiogbe a choisi son camp.

La nécessité d’aller de l’avant

 

Photogénique / Amitié / Confession / Machine

Dans les années 1970, Hamidou Ballo était un jeune et fringant Bamakois qui faisait le bonheur de ces dames et suscitait le courroux des hommes. Il faut dire qu’il était un très bel homme, couru par les photographes et le milieu du cinéma. Moussa Diallo est parti à la rencontre de celui qui est aujourd’hui devenu un patriarche et qui lui a ouvert le livre de ses souvenirs.

Hamidou Ballo : un mélomane des temps anciens

 

C’est un hommage. Un hommage à ce lien unique et fort qui lie Céline Dagenà 6 autres jeunes femmes rencontrées il y a un an à la frontière du Sud-Soudan et aujourd’hui disséminées sur trois continents. Ce petit groupe de femmes qui se racontent via WhatsApp joies, réussites, peines, espoirs, astuces et commérages.

Il était une fois l’Amitié

 

Mamadou Coulibaly est arrivé à Alexandrie il y a peu. Il traîne avec lui un spleen qui met ses idées en pagaille.  C’est vrai qu’il est là pour ses études, après avoir presque tout abandonné. Ce soir, il n’est pas bien. Pas serein. C’est la bataille dans sa tête. Il espère se retrouver dans la lecture…

Confession nocturne

 

La machine à laver. Un objet, cher à l’achat, à l’utilisation, à l’entretien, peu pratique et si peu flexible. Pourtant, nous estimons en avoir besoin. Parce que nos vêtements doivent être propres. Adrien Coronfustige cet appareil et explique qu’il y a toujours un moyen de se passer de son encombrement.

La machine à laver, ennemi de la flexibilité

 

A bientôt

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.