Des étudiants du Ghana à Blida

Des étudiants du Ghana ont suivi durant les premiers mois de l’année 2019 une formation en FLE (français langue étrangère) afin de pouvoir s’inscrire dans les différentes spécialités de l’enseignement supérieur en Algérie. Appiah, le délégué du groupe de neuf (9) étudiants s’est dit très satisfait de son apprentissage à l’Institut Supérieur Ennour de Blida, sous la houlette de l’enseignant Mekfouldji : « Tout le groupe a réussi dans un laps de temps n’excédant pas six mois à tenir une conversation en français, dans la rue même, et réussir les différents tests écrits. »

Joie et allégresse en Algérie

Feux d’artifice, klaxons, sifflets, cris, lumières vives : les rues d’Algérie donnèrent à voir toute la joie d’un peuple partagé entre la crise politique et la victoire continentale. Un père criera : « J’ai marché à 14h pour le Hirak, le changement politique, et je marche la nuit pour la victoire ! »

Une victoire des Fennecs synonyme de paix ?

Parallèle du Hirak -mouvement de révolte pacifique- des Algériens tous les vendredis et celui des étudiants chaque mardi avec le jour de la finale de la CAN : Une victoire des Fennecs sera-t-elle synonyme de paix ? Un match dans le sens large de poudrière pour toute l’Algérie ? Mobilisation des moyens de […]

Sid Ahmed Benarbia, chantre de Blida

Benarbia Sid Ahmed, 68 ans, chantre de la ville des roses, avait quatre ans quand les premières balles de la guerre d’indépendance furent tirées. Le Machiavel blidéen tire sûrement sa source et sa verve de ce combat libérateur. Nombre de personnes de sa grande famille tombèrent au champ d’honneur quand […]

Le Mawlid, naissance de Mohammed

Le Mawlid célèbre la naissance de Mohammed, prophète de l’Islam et des musulmans. À Blida en Algérie, les enfants déambulent dans les rues et jouent avec le « bouchikha », un vieil homme dont le visage est masqué et qui joue au saltimbanque. Tandis que, dans les familles, on cuisine toutes sortes de choses : beghrir, r’fiss, tchekhtchoukha, mhadjeb et m’ârek ainsi que la fameuse « tamina », la semoule grillée et mélangée au beurre et qu’on arrose de miel avant de la décorer avec de la cannelle.

L’homme ailé, nouvelle

Retirés dans une petite chambre au fond de la maison, le jeune « couple » étudia toutes les possibilités d’échapper à ce tragique « troc ». Le Ma-tennà devint très sérieux, toutes les éventualités étant évoquées et les deux jeunes en vinrent à la conclusion qu’ils iraient réveiller les Dieux des grottes, les têtes rondes des forêts de Sefar et de Jabbaren dans le plateau de Tamrit et qui sauront les sauver des Kel Aïr et ramèneront eux-mêmes l’eau dans les foggaras et faciliteront les échanges avec les gens de Baka.

algerie-cholera-eau-salete-assainissement

Choléra à Blida

Le ministre de la santé s’était engagé à éradiquer la maladie en trois jours, vite contredit par le Pr Bengounia, ancien chef du service épidémiologie et médecine préventive au CHU Mustapha Pacha : « Le fait d’arriver hier et de dire qu’on va régler cela en trois jours, c’est une déclaration irresponsable. »

Remplacement des médecins en vacances

Ne pas aviser un malade du remplacement du médecin, lui qui a été orienté vers « ce » praticien, relèverait de la trahison. La recherche du profit pourrait également être un mobile suffisant pour d’abord ne pas fermer son cabinet puis garder un maximum de clientèle.

Blida, Bab Sebt pour tourner en rond

Service national, révolution agraire, quartier réservé ramèneront leur flux de migrants ; la mue s’opérait imperceptiblement. Les tables de café ne s’essuyaient plus, le verre d’eau ne suivait plus, l’affichage du programme cinématographique hebdomadaire ne s’opérait plus, les enceintes militaires se délimitaient et se fermaient, créant deux espaces –ou deux mondes : civils et militaires.