#MondoChallenge : 10 solutions pour plus d’égalité entre femmes et hommes

S’il y a un proverbe dans la langue Malagasy (langue parlée à Madagascar) que je n’aime pas du tout c’est bien: “Fanaka malemy ny vehivahy”. Ceci signifie que la femme est un meuble fragile. On nous l’enseigne à l’école dès notre plus jeune âge. Il peut faire même l’objet d’une dissertation. On acquiert alors cette notion d’inégalité très tôt. Pour pouvoir alors arriver à un certain semblant d’égalité entre femmes et hommes, il faudrait changer les bases même de la société dans laquelle nous vivons actuellement. Le chemin est encore long je pense, ce qui ne m’empêche pas de proposer dix solutions pour nous rapprocher de cette égalité des genres.

L'éducation à Madagascar

Réforme de l’éducation nationale Malagasy

L’éducation est la clé du développement. Cependant, mis à part un faible taux de scolarisation à Madagascar, le peu des jeunes qui ont accès à l’éducation ne s’en sortent pas si bien que ça si on en croit la baisse constante du taux de réussite aux examens officiels. Je pense qu’une réforme de l’éducation nationale malagasy est nécessaire.

pokemongo

Pokémon Go, puis quoi encore ?

Pokémon Go par-ci, Pokémon Go par-là, je ne comprends pas toute cette excitation autour d’un jeu. La première fois que j’en ai entendu parler, c’était quelques jours seulement avant sa sortie officielle, lorsque des youtubeurs français s’étaient lamentés de n’avoir pas été invités à une convention de jeux vidéos où l’application allait être présentée.

Internet gratuit pour Madagascar?

Le 2 Juin dernier, Blueline a lancé son service de téléphonie mobile, Bip, qui va rejoindre les trois autres opérateurs mobiles déjà existants à Madagascar. La particularité de ce nouveau opérateur? Un accès gratuit à Facebook

Logo Mondoblog

« Seuls et tous nus »

Deux individus, un homme et une femme, qui ne se connaissent pas, sont laissés dans la jungle, quelque part en Europe, Afrique, Australie ou Amériques, nus – comme le titre de l’émission l’indique – et avec pour seule compagnie les animaux (sauvages) qui y vivent, pendant 21 jours; le but étant de tester leur capacité de survie.