Voyage à Tombouctou: Ce que le blogueur a vu et entendu

Le centre de formation aux nouvelles technologies « SankoréLabs », en partenariat avec la communauté des blogueurs du Mali (« Doniblog ») et l’ONG « Lecture Vivante », a organisé la 1ère édition de son « Café Numérique ». Une activité qui consiste à enseigner à une quarantaine de jeunes les rudiments du métier de blogueur. Le Café […]

Mali: l’enrichissement illicite fait de la résistance

L’assemblée nationale du Mali a délibéré et adopté le 27 mai 2014, la loi N°2014-05 portant prévention et répression de l’enrichissement illicite. La loi, exigée par les bailleurs de fonds, est qualifiée de « loi niyengo » (loi égoïste) par les agents de l’Etat dont les leaders syndicaux entendent demander l’abrogation pure et simple.

Référendum au Mali: le président enterre le projet sans l’avouer

Prévu initialement pour le 9 juillet 2017, le référendum pour la révision de la Constitution a été reporté à une date ultérieure suite à une forte opposition de la plateforme civile  »Non an te a bana », soutenue par l’opposition politique et divers syndicats qui exigent le retrait pur et simple du projet. Le président de la République a répondu qu’il ne reculerait pas et que le référendum se tiendrait bel et bien. Mais en catimini, il ne fait rien pour que le vote ait lieu. Au contraire, les faits portent chaque jour à croire que le président a enterré le projet sans l’avouer.

Référendum au Mali: un vote en violation de la constitution

A la suite de la dernière rencontre entre le ministre de l’Administration territoriale et les partis politiques, tenue le mercredi 31 mai 2017, la date du referendum pour la révision de la Constitution malienne a été fixée au 9 juillet 2017.Par ailleurs, le vendredi 2 juin, l’Assemblée nationale a adopté le projet de nouvelle Constitution par 111 voix pour et 35 contre, les élus de l’opposition ayant voté contre le texte.

Mali: Reconnaissance politique de l’Azawad ou la guerre !

Prévue par l’article 5 de l’Accord pour la paix et réconciliation, la Conférence d’entente nationale, fut considérée comme un forum où les enfants du pays identifieront et régleront leurs différends. Mais, comme, elle a été un grand échec. En effet, les travaux se sont clôturés, dimanche, sur le refus catégorique des participants de reconnaître le mot « Azawad » et sur la menace de la Coordination des Mouvements Armés (CMA) qui fait de cette reconnaissance une condition sine qua non du retour de la paix au Mali.

Répartition des autorités intérimaires: l’Etat malien se fait rouler dans la farine

Samedi 11 février 2017, le Comité de Suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation (CSA) a tenu une réunion de haut niveau. Elle avait pour but d’établir le nouveau calendrier pour l’installation des autorités intérimaires et des patrouilles mixtes. Lors de la rencontre, il a été décidé d’installer les autorités intérimaires du 13 au 20 février 2017.

Ce que le bloggeur malien retient de la CPI

La 15ème session de l’Assemblée des États Parties au Statut de Rome, qui institue la Cour pénale Internationale (CPI), s’est tenue du 16 au 24 novembre 2016  au World Forum Convention Center de La Haye, capitale des Pays-Bas. En marge de cette session, sur invitation du ministère des Affaires Etrangères […]