Logo Mondoblog

Il y a des vies, il y a des gens

Si vous pensez que ce billet – cette prose – n’a pas sa place sur ce blogue, du fait que je n’y traite que des sujets relatifs à l’environnement, eh bien vous pensez exactement comme moi quelques instants avant de me mettre à l’écrire. Heureusement que je me suis rendu […]

A la COP21, l’Afrique a réclamé une réparation de l’injustice climatique

La 21e conférence des parties sur le changement climatique (COP21) s’est déroulée du 30 novembre au 11 décembre 2015. A cet effet, les représentants de la communauté internationale s’étaient réunis à Paris pour tenter de limiter le réchauffement climatique mondial à 2 °C d’ici 2050. Contrairement à ce que beaucoup […]

Logo Mondoblog

Les impacts socio-économiques de l’érosion côtière au Togo

 Selon le rapport de la deuxième communication nationale du Togo sur les changements climatiques, de novembre 2010, l’érosion côtière est un phénomène constaté depuis 1968, après la construction du port de Lomé, et provoque dans ce paysage côtier un effet catastrophique car plusieurs centaines d’hectares de terre utilisée ont disparu […]

Les maîtres du sable

De véritables génies de sable. C’est impressionnant de voir ces jeunes habitants de l’île à l’œuvre. Pour faire leurs travaux ils collectionnent des sables de différentes couleurs un peu partout en Afrique de l’Ouest. Ils en font des œuvres d’art impressionnantes, dont j’ai toujours le souvenir gravé dans mon esprit. On pouvait remarquer des sables de différentes couleurs entre blanc, noir, vert, café, marron, rouge ou rose. Leurs origines : ils sont collectés depuis des déserts, volcans ou plages.

Allo, ici la Terre

Nous sommes bien le 22 avril, journée mondiale de la Terre. En cette année, 2015, afin de célébrer notre « maison » à nous Terriens, les nations du monde invitent à agir pour sauver la planète; la devise : « C’est notre tour de gouverner ». La journée mondiale de la Terre a été célébrée pour la première fois le 22 avril 1970. Elle est reconnue depuis comme l’événement environnemental populaire le plus important au monde.

Logo Mondoblog

De la célébration de la Francophonie

Il y a quelques jours le monde entier célébrait le mois de la francophonie. A cet effet plusieurs initiatives ont été entreprises pour donner des couleurs de vie à cette célébration. Sur le plan international la Francophonie a d’abord lancé la campagne « je suis jeune, j’ai ma planète à cœur » […]

Marthe_Montcho_Innovafrica_2014

Femmes et TICs pour le développement agricole

Marthe Montcho est une jeune béninoise, diplômée, elle a à son actif une Maitrise professionnelle en socio-anthropologie. Titulaire d’un Master en Sciences Animales / Élevage des animaux, elle est actuellement en formation à l’École doctorale de la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin.

Crédit photo : Jean Charles

Humains votre Planète est en danger !

La Terre s’en va tel un fleuve sans barrière à la dérive. Juste un geste simple pour la sauver. Telle la fleure qui éclore sans effort. Tel un sourire généreux sur un visage innocent… Une plante arrosée, un sachet plastique soigneusement rangé dans son sac fait de nous des héros.

Mickael_Jackson_Roi_De_La_Pop« Je rêvais disait-il. Je jetais un coup d’œil au-delà des étoiles. Maintenant, je ne sais pas où nous sommes. Bien que je sache que nous avons dérivé bien loin » Je pense que l’une des raisons du succès planétaire du roi de la Pop était son engagement à défendre l’environnement à travers sa musique. Dans ce sens il a réalisé plusieurs clips vidéo dans une catégorie « Chanson de la Terre ». Je vous propose dans cette collection de vidéo dédiée à l’environnement, ce qui paraît pour moi le chef- d’œuvre de Mickael dans sa lutte pour la protection de l’environnement : la fameuse chanson « What about us ». Le texte original de « Qu’en est-il de nous » est en anglais. Il a été traduit par un site de traduction de paroles de chansons. Que dit en réalité Mickael Jackson dans sa chanson ? Mickael dès le début se lance dans une interminable interrogation. Ce sont des questions simples auxquelles chacun de nous doit prendre le temps de répondre. Si nous ne faisons jamais rien, le monde s’effondrera autour de nous - il a commencé déjà à l’être - et l’échec sera inévitable. Qu’en est-il du lever du soleil ? Qu’en est-il de la pluie ? Qu’en est-il de toutes ces choses que nous devions gagner ? Qu’en est-il des champs de bataille ? A notre époque, qu’en est-il de toutes les choses que tu as dit être les tiennes et les miennes ? Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir tout le sang que nous avons répandu avant ? Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir la Terre qui pleure et les rivages éplorés ? Dans une seconde série de questions, l’artiste demande ce que nous avons fait au monde ? Il demande à chacun de nous ce que nous avons fait. Qu’en est-il de toute la paix que tu as promise à ton fils unique ? Qu’en est-il des champs fleuris ? A notre époque, qu’en est-il de tous les rêves que tu disais être les tiens et les miens ? Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir tous les enfants morts de la guerre ? Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir la Terre qui pleure et les rivages éplorés ? « Je rêvais disait-il. Je jetais un coup d’œil au-delà des étoiles. Maintenant, je ne sais pas où nous sommes. Bien que je sache que nous avons dérivé bien loin » Il évoque par la suite des problèmes cruciaux de l’environnement en ces termes : qu’en est-il des mers ? Les cieux sont en train de s’effondre. Je ne peux plus respirer. Qu’en est-il de la Terre saignante ? Ne pouvons-nous pas sentir ses blessures ? Qu’en est-il de la valeur de la nature ? C’est le nombril de la planète. Qu’en est-il des animaux ? Et la légende continue … Richard Komlan Folly

Mickael Jackson était un Green Leader, qu’en est-il de nous ?

« Je rêvais disait-il. Je jetais un coup d’œil au-delà des étoiles. Maintenant, je ne sais pas où nous sommes. Bien que je sache que nous avons dérivé bien loin »

Logo Mondoblog

Les errences

Les errances Je me souviens encor, qu’un jour, Perdu en mon sein, sur ces rives, Entre les méandres des fleuves sans détour De mon esprit, j’ai frôlé la dérive.