Afrique centrale

Certains Camerounais ne se mélangent pas avec les anges…

Je parle des vrais chômeurs hein, je ne parle pas des chômeurs techniques. Je parle des garnements qui s’asseyent au carrefour et qui ont créé leur Chambre basse qu’on appelle aussi souvent « Le Parlement ». Et la particularité de ces « députés », c’est que personne parmi eux ne veut se trouver -ou plutôt chercher- un emploi. Ce qui m’énerve avec ces Camerounais fainéants, c’est qu’ils n’aiment pas se mélanger avec les travailleurs. Car dès que tu vas vouloir ouvrir ta bouche, ils vont te dire que « N’est-ce pas tu travailles ? » Dès que tu vas vouloir leur donner ton avis sur un sujet quelconque, ils vont te répondre que « Tu connais quoi plus que qui ici ? » Dès que tu vas leur dire que tu rentres te coucher, ils vont te balancer : « Surtout, ne reviens pas ! ». Et pour rien-rien hein.

Mon coup de foudre pour le Rwanda

« Dieu se trouve partout mais le soir il revient dormir au Rwanda », proverbe Rwandais.
Je n’ai jamais compris la philosophie de ce proverbe et cela ne me surprend pas car le pays des milles collines c’est aussi le pays des milles surprises. Mais pourquoi Dieu devrait opter pour le Rwanda comme unique dortoir ? Mon récent voyage dans ce paradis africain m’a permis de le découvrir.

Ruptures !

Quand on s’embrassait sur la bouche et quand on rigolait parfois en se regardant dans les yeux… j’étais en train d’augmenter la hauteur de mon atterrissage !
Depuis que j’ai perdu ma dulcinée, je ne fais que me lamenter. Je crois que je viens de découvrir la définition du mot « rupture ».

L’histoire de Noura Hussein, victime d’une société machiste et patriarcale et considérée comme criminelle

Un mari est-il propriétaire du corps de son épouse ? Les femmes doivent-elles accepter d’être instrumentalisées et considérées comme un objet, un objet de plaisir pour les hommes ? Tout le monde devrait se poser ces questions ! Il faut parler de ces sujets et les partager sur les réseaux sociaux ! Le pire c’est le silence. Si tout le monde se tait, alors l’injustice continue. Se taire c’est donc être complice de l’injustice. Dans le cas de Noura, nous devons briser le silence sur la condition des droits des femmes et des filles au Soudan. #JusticeForNoura

#JusticeForNoura : Noura, jeune soudanaise, mariée de force, aujourd’hui condamnée à la peine de mort pour avoir tué son mari qui la violait.

Selon l’indice d’inégalité de genre de l’ONU, le Soudan est classé 165 sur 188 pays. L’ONU souligne aussi qu’au Soudan, la violence contre les femmes et les filles est considérée comme répandue. En outre, le pays a des politiques faibles pour protéger ce groupe alors qu’il n’a pas signé la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Dernier point : le Soudan, pays où la population musulmane est majoritaire, ne considère pas le viol conjugal ni le mariage d’enfants comme un crime. #JusticeForNoura.

Accès à l’emploi : les jeunes peuvent tout faire, et c’est ça le problème

Les jeunes camerounais sont de vrais débrouillards. Ils vous le diront eux-mêmes, ils peuvent tout faire – c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de préférence en termes d’emploi. Le problème, c’est que pour trouver un emploi il ne faut pas « pouvoir » tout faire, il faut au contraire « savoir » faire, bien, une seule chose. En un mot, il faut avoir une formation, être qualifié, dans un domaine bien précis.

Crise en RDC : la déception de la SADC au sommet de l’Angola

Les chefs d’États et des gouvernements de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) s’étaient réunis le mardi dernier à Luanda, capitale de l’Angola, notamment pour trouver des solutions sur la crise que traverse la République démocratique du Congo (RDC). Une réunion dont les résolutions n’ont pas correspondu aux attentes […]