Cameroun

cameroun

batiments-lycee-bilingue-deido-douala-cameroun

Drame du lycée bilingue de Deido : la faute aux parents ?

Le 29 mars dernier, un élève du lycée bilingue de Deido, situé dans la ville de Douala au Cameroun, a été poignardé à mort par un de ses camarades pour une histoire floue de téléphone portable. L’indignation qui a suivi ce drame a peu à peu laissé place à des analyses plus ou moins tordues dans lesquelles on a vu certains enseignants rejeter le tort sur les parents et sur les autorités gouvernementales, oubliant les premiers concernés : le personnel administratif du lycée en question.

Élève assassiné au Lycée Bilingue de Deido : tous coupables !

Tout le Cameroun est choqué après le meurtre du jeune élève du lycée bilingue de Deido, à Douala. La scène s’est déroulée le vendredi 29 mars dans l’enceinte de l’établissement scolaire, alors que les élèves prenaient leurs bulletins du deuxième trimestre avant le départ pour les congés de Pâques. Depuis ce drame, les questions fusent : « Qui blâmer ? Comment aurait-on pu éviter cela ? Comment en est-on arrivé là ? »

Ceux qui planifient l’insurrection au Cameroun…

Le 26 janvier dernier plusieurs marches, organisées par le Mouvement de la Renaissance du Cameroun (MRC) et ses sympathisants, ont eu lieu dans plusieurs villes du Cameroun. Le but était de dénoncer le hold-up électoral qui a eu lieu pendant la récente élection présidentielle. Or, on a aisément pu constater que l’usage de la force par les forces de l’ordre était disproportionné.

Comment apprendre à manger avec appétit tous les repas du monde : une approche afropolitaine de l’art culinaire

Dans ce billet, je montre comment être culinairement afropolitain, en démontrant que la nourriture a une dimension culturelle, émotionnelle et relationnelle. A travers mon expérience personnelle, je montre qu’il est possible de manger et d’apprécier tout type de repas, et ce, dès la première fois qu’on le consomme. Il suffit d’adopter un regard afropolitain afin de conditionner son mental, puis le connecter à ses papilles gustatives, afin qu’elles soient prêtes à (re)connaitre intentionnellement le gout présent, commun et partagé.