Côte d’Ivoire

Cote d'Ivoire

Comment apprendre à manger avec appétit tous les repas du monde : une approche afropolitaine de l’art culinaire

Dans ce billet, je montre comment être culinairement afropolitain, en démontrant que la nourriture a une dimension culturelle, émotionnelle et relationnelle. A travers mon expérience personnelle, je montre qu’il est possible de manger et d’apprécier tout type de repas, et ce, dès la première fois qu’on le consomme. Il suffit d’adopter un regard afropolitain afin de conditionner son mental, puis le connecter à ses papilles gustatives, afin qu’elles soient prêtes à (re)connaitre intentionnellement le gout présent, commun et partagé.

POLICE SECOURS, un groupe Facebook d’utilité publique en Côte d’Ivoire

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui incontournables dans tous les domaines de la vie quotidienne. Les Ivoiriens ne sont pas en reste de ce monde de publications, de commentaires, de likes et de partages. « POLICE SECOURS » se révèle être l’un des meilleurs groupes ivoiriens. A mon avis, il est le meilleur en matière d’utilité publique.

Le prix Nobel de la gouvernance 2017 (1)

C’est parti pour les Prix Nobel 2017. Malheureusement celui de la gouvernance ne sera pas délivré. Nous nous autorisons comme en 2015 à le décerner, et en deux phases s’il vous plaît, preuve que cette année le prix Nobel de la gouvernance était vraiment disputé. Comme toujours, souffrez qu’on ne cite personne parce qu’apparemment encore une fois, ce ne sont pas tous les Nobel qui suscitent des félicitations.

«Lionesses Of Africa », le réseau africain des entrepreneures s’installe en Côte d’Ivoire

Pour Melanie Hawken, Fondatrice de Lionnes of Africa, il faut mettre en pratique le pouvoir du partenariat : « s’aider les unes les autres et non se voir comme des compétitrices », c’est la clef de la réussite pour les femmes. Permettre aux nouvelles de profiter du mentorat de celles qui ont plus d’expérience, être dans une relation d’entraide… parce-que l’union fait la force !

Jolie, la femme capable

Elle me dit « moi je ne compte pas sur garçon ho, en plus de cela, j’ai environ une dizaine d’hectares de cacao que je fais ». Étonnant de voir un tel exploit alors qu’on sait combien les travaux champêtres sont difficiles. Mais Célestine croit en son projet. Elle fait partie de ces femmes qui n’ont pas peur de faire les mêmes tâches que les hommes ; après tout, pourquoi une femme serait-elle limitée ? On est étonné, uniquement parce-qu’on n’a pas l’habitude de voir une femme entrependre !