Côte d’Ivoire

Cote d'Ivoire

Nos chers coachs et influenceurs 2.0

Être célèbre sur les réseaux sociaux nous donne-t-il automatiquement le droit de prétendre être coach ou influenceur? Aujourd’hui, à l’air des réseaux sociaux, les «influenceurs» n’influencent plus forcément par la qualité de leur discours ; leur influence est centrée sur leur capacité à divertir, leur aptitude à parler la même langue que leurs fans, c’est donc avant tout un phénomène de génération.

Du « Baygon » contre les « microbes »

Comme les enfants soldats du Liberia ou de la Sierra Leone, les populations d’Abidjan découvrent le visage hideux de la criminalité juvénile précisément celle des mineurs. Il s’agit d’enfants de 9 à 17 ans rompus à l’art du maniement des armes blanches que l’on appelle sur les bords de la lagune Ebrié les « microbes ».

Entre nous, une marque conçue pour l’éducation sexuelle des filles

La Côte d’Ivoire est en proie au phénomène de grossesses en milieu scolaire. Considérant que l’accès aux services de contraception et à l’information peut aider à endiguer ce phénomène, l’ONG Population Services International en Côte d’Ivoire a procédé samedi 30 mars 2019 au lancement de la marque « Entre nous » avec pour but d’informer chaque jeune fille sur sa santé sexuelle.

Malparlage ivoirien, doit-on en rire ou en pleurer?

La mauvaise utilisation des réseaux sociaux en Côte d’Ivoire est une réalité. Au début amusant, le « malparlage » est devenue une course au plus idiot. Dommage. Il est vrai qu’on milite tous pour la liberté d’expression mais il est aussi vrai que chacun doit se sentir responsable de ce qu’il publie, ce qu’il commente et ce qu’il partage.

filles-Abidjan-pouvoir-drague-reseaux-sociaux

Quand les filles d’Abidjan prennent le pouvoir sur la drague grâce aux réseaux sociaux

Serait-ce la grande revanche des filles ? Alors que dans toute l’Afrique de l’Ouest, les Ivoiriens traînent dans leur sillage une réputation de fêtards et d’amants pas très fidèles, les jeunes Ivoiriennes, elles, qui jusqu’alors restaient très sages, viennent d’adopter une nouvelle stratégie.

Comment apprendre à manger avec appétit tous les repas du monde : une approche afropolitaine de l’art culinaire

Dans ce billet, je montre comment être culinairement afropolitain, en démontrant que la nourriture a une dimension culturelle, émotionnelle et relationnelle. A travers mon expérience personnelle, je montre qu’il est possible de manger et d’apprécier tout type de repas, et ce, dès la première fois qu’on le consomme. Il suffit d’adopter un regard afropolitain afin de conditionner son mental, puis le connecter à ses papilles gustatives, afin qu’elles soient prêtes à (re)connaitre intentionnellement le gout présent, commun et partagé.