Algérie

Algérie

Le Mawlid, naissance de Mohammed

Le Mawlid célèbre la naissance de Mohammed, prophète de l’Islam et des musulmans. À Blida en Algérie, les enfants déambulent dans les rues et jouent avec le « bouchikha », un vieil homme dont le visage est masqué et qui joue au saltimbanque. Tandis que, dans les familles, on cuisine toutes sortes de choses : beghrir, r’fiss, tchekhtchoukha, mhadjeb et m’ârek ainsi que la fameuse « tamina », la semoule grillée et mélangée au beurre et qu’on arrose de miel avant de la décorer avec de la cannelle.

algerie-cholera-eau-salete-assainissement

Choléra à Blida

Le ministre de la santé s’était engagé à éradiquer la maladie en trois jours, vite contredit par le Pr Bengounia, ancien chef du service épidémiologie et médecine préventive au CHU Mustapha Pacha : « Le fait d’arriver hier et de dire qu’on va régler cela en trois jours, c’est une déclaration irresponsable. »

Que vive le livre !

À la question de savoir quel est l’impact des jeux vidéo sur la disparition de l’amour de la lecture, M. Mahfoudh assura que l’activité de lecture existe toujours, pourvu également que les enseignants y mettent du leur pour que les auteurs soient mieux connus.

L'enseignement du français, un casse tête pour les étudiants algériens

L’enseignement en français

Chaque année, c’est près de 400.000 nouveaux bacheliers dont plus de la moitié s’inscrit dans les filières scientifiques, nécessitant alors un minimum de niveau en FLE pour la compréhension des cours. Un simple calcul donne au moins 150.000 étudiants chaque année à la recherche de cours intensifs.

Le ciné s’invite au lycée de Blida

Ce fut l’occasion pour Bachir Derrais de secouer quelque peu la léthargie des jeunes Algériens en les incitant à exiger des responsables locaux la création de salles de cinéma, de salles pour jeunes, d’instaurer des cycles de formation dans les domaines du cinéma.

Espace vert interdit à Blida

Cet espace portant le nom de Patrice Lumumba depuis 1968, plus connu sous le nom de jardin Bizot, renfermer des senteurs tropicales, des arbres centenaires, et fait face à l’Atlas tellien, sur le piémont, tout à côté d’un lycée également centenaire –le lycée Ibn Rochd, ex. Duveyrier, et qui avait vu passer de grands noms tels M. Benkhedda,