Arts

Arts

Le nanar de Jean Yanne au goût du jour.

Les Chinois à Paris – Jean Yanne – 1974

Fera-t-on jamais assez l’éloge du nanard? Je m’étais déjà penchée sur sa valeur d’archive. Et puis, à la faveur d’une connexion haut-débit, voilà que j’ai regardé Les Chinois à Paris, et, j’ai trouvé sa succulente nanardise d’une furieuse actualité.

Une exposition à ciel ouvert en Haïti.

Exhibition à ciel ouvert

Je passe devant cette exposition matin et soir. Souvent je me laisse imprégner par cette pluralité de couleur et ces formes qui cherchent à exprimer la beauté dans l’inexprimable. Un mur entier couvert de tableaux. Un mur d’expression. Je regarde ces visages, figés pour la plupart. Ces paysages colorés. J’imagine les mouvements des caractères, les couleurs qui s’entrechoquent pour s’harmoniser, l’histoire qui se faufile entre les matières. Le peintre qui mets les dernières touches et signe son œuvre quand il décide de la seconde dont l’histoire s’arrête.

L’Afrique a un incroyable talent, une nouvelle émission arrive

Pour les artistes candidats, l’émission consistera à se produire devant un jury. Le programme prévoit, lors du lancement de la finale télévisée, l’ouverture d’un vote en ligne pour permettre au public de choisir son lauréat. Il faut noter que l’émission ne prévoit pas de suivi des talents mis en évidence. Il y a cependant un projet d’engagement -non encore certain- pour accompagner ces derniers en les présentant à des spécialistes qui pourraient les aider à faire une carrière professionnelle.

Denis Martinez à Blida, Bab Sebt

Denis Martinez chez Mosaïques Blida

C’était la peinture au jour le jour, délire d’un moment de liberté arrachée au Pouvoir, à tous les pouvoirs et que les « marchandes de sexe » avaient vite visualisée avant de s’évanouir dans la nature. Où sont-elles aujourd’hui ? Que font-elles ? Perçoivent-elles une retraite ?

les confiences d'un blogueur à Dame Ecriture

Coup de plume: Dame écriture, enivre moi

Il y a quelques années, je revenais du marché. Maman m’a envoyé chercher de la tomate. Elle avait oublié d’en acheter. En fait, elle oubliait souvent un petit quelque chose. Je ne sais pas comment ni pourquoi mais c’était comme cela. C’était soit le charbon, soit l’huile, soit l’oignon. Bref, […]