Environnement

Nos forêts tropicales ont déjà vieilli, il faut les rajeunir !

Le feuilleton de l’Amazonie qui brûle a attiré l’attention du monde sur la question de la protection des forêts et leur rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique. Néanmoins, une étude, d’autant plus sérieuse, publiée dans la revue scientifique Nature, semble y mettre un bémol : la forêt tropicale n’absorberait pas autant de ce CO2 que l’on pense. Il se peut qu’elle n’en absorbe même plus.

Les aires protégées en Côte d’Ivoire, poumons de la biodiversité

La Côte d’Ivoire est dotée d’un patrimoine riche et diversifié dans le domaine de la biodiversité. Les aires protégées ont permis de conserver ce patrimoine depuis plusieurs décennies : 232 espèces de mammifères, 712 espèces d’oiseaux, 134 espèces de reptiles et plus de 4 800 espèces de la flore forestière ouest-africaine.

Le « crédit-carbone » et les pays pauvres

Moins pollueurs, les pays pauvres payent pourtant un lourd tribu du changement climatique. Ils n’ont pas non plus les moyens suffisant de mener la riposte et de prendre les mesures d’adaptation nécessaires contre ses effets. Doublement victime de la faute des autres, c’est à ceux que devraient revenir la part de lion dans l’attribution des crédits-carbone.

Ma ville est sale et j’ai honte!

Chez nous on dit qu’on ne montre pas son village de la main gauche, cette main étant traditionnellement utilisée pour faire des choses moins valorisantes. Autrement dit on ne montre pas son village ou sa famille sous un mauvais aspect. Aujourd’hui je n’ai d’autre choix que de dire ce qui est : Abidjan est sale.

Une grave crise alimentaire menace le monde rural, face à un ciel aride et des terres desséchées

Le mois d’août tire à sa fin, et la Mauritanie enchaîne sa énième année de sécheresse. Les paysans n’auront plus le temps de cultiver la terre, alors que les rares animaux encore en transhumance occupent le versant des collines, arrachant les dernières feuilles d’arbres en l’absence de pâturage. C’est tout le grenier naturel de la Mauritanie qui souffre de cette sécheresse, encore plus impitoyable que les années passées.

Des traces sur la plage révèlent qu’une chose terrible est en train de se passer

Il y a 250 millions d’années, les surfaces immergées de la planète étaient réunies en un supercontinent, la Pangée. La tectonique des plaques a fracturé et séparé la Pangée en continents. Et puis, les humains ont commencé à se déplacer sur la planète. Les continents qui avaient été écologiquement isolés pendant des millions d’années sont reconnectés par les mouvements physiques des humains et ce qu’ils transportent : tout et rien. Le monde n’allait plus jamais être le même, connecté et affreusement uniforme.