Home

homme-seul-front-de-mer-skyline

L’attente

Est-ce qu’il y aura d’autres lettres, je n’ai aucune certitude. Je sais que tant que je pourrai encore tenir un stylo et taper des lettres sur un clavier, il y en aura. Il y aura aussi des poèmes, des nouvelles, des récits, des romans. Tu seras partout, plus qu’un souvenir. Un personnage. Une image qui ne s’effacera pas.

Comment l’expliquer à mes enfants ? L’image du racisme

J’ai essayé, dans mon post précédent, de remonter le plus loin possible, selon moi, à l’origine de ce qui a pu être l’obsession des belges pour l’identité, leur identité, et leurs ambitions « civilisatrices »… Mais je ne sais pas dans quelle mesure ça pourrait parler à mes enfants. Je pense plutôt que je devrais commencer par un texte dans lequel j’explique de quelle manière j’introduis mon cours sur le racisme à mes élèves de sixième secondaire.

Une journée à Mongo, à la découverte de la gastronomie tchadienne

Je suis allé à Mongo, à 500 kilomètres au Nord-Est de N’Djaména, pour la deuxième édition de la « Journée de la gastronomie tchadienne ». Cette journée a pour but de mettre en valeur la « vraie » cuisine tchadienne, celle où on n’utilise pas d’arômes artificiels ni d’organismes génétiquement modifiés (OGM), celle qui prend tout son temps pour bien cuire. Un régal…

Au Cameroun il n’y a pas le travail, mais il y a le « travaillement »

Au Cameroun il n’y a pas le travail car de nombreux jeunes sont des contractuels, des temporaires, des personnels intérimaires voire des prestataires individuels. Au Cameroun il n’y a pas le travail puisque l’âge de la retraite dépend de la personnalité de celui qui occupe le poste fictif. Au Cameroun il n’y a pas réellement de l’emploi à vrai dire, puisque la majorité de mes concitoyens sont exclusivement des débrouillards.