Journal intime

Journal intime

Égypte : transports en commun au féminin

Si tu as cliqué sur cet article pour découvrir mes expériences enrageantes vécues en tant que femme dans les transports en commun, tu vas être déçu : ce n’est pas le sujet de l’article. Ce que je te propose ici, ce sont mes astuces pour te montrer qu’on peut être une femme au Caire et prendre les transports en commun.

enfant-garcon-africain-noir-bateau-mer-voyage

« Passion Haïti », le carnet intime d’un exilé

À travers ce carnet, l’auteur nous présente des personnages qui lui sont familiers : sa mère Bertha, sa grand-mère Tida, son oncle Gogo. Il nous raconte des pans de son enfance dans son village natal. Il nous fait revivre les contes et les légendes d’antan, nos us et coutumes. Lui qui avait étudié en linguistique, dans un langage typiquement haïtien, fait rayonner le créole. Haïti, ses grandes villes, son vaudou y sont présentés.

couple-baiser

Retrouvailles 2

En un instant – invisible – je me retrouverais dans tes bras je sauterais à ton cou tu enfouirais ton visage dans le mien tes bras m’enserreraient mes côtes craqueraient on serrerait fort, respirerait fort, soupirerait fort.

femme-patiente-medecin-docteur-noir-bras-examen-medical

L’invisible se meurt

Mon corps pourrit à l’intérieur. L’invisible se meurt, je meurs, et je le sens. Mes organes, les uns après les autres, ma peau, des milliers de bestioles me rongent et font leurs dents sur moi je verdis je noircis je m’effrite tout le monde s’en fout.

mains-telephone-ecran-smartphone-conversation

Il était une fois l’Amitié

Quand on vit loin de ses repères comme nous, qu’on change de cercle social tous les ans, qu’on travaille dans des contextes difficiles et qu’on est une femme indépendante, intelligente, magnifique et resplendissante en 2018, cet espace protégé d’échange et de compréhension vaut bien toute les thérapies du monde…

Je file

Je ne sais pas si c’est le vent dans mes cheveux
Le soleil qui brille encore
19 septembre en sandales blanches
Le rose de mon pantalon de printemps

Toujours la pédale le vent la piste cyclable
Et un bonheur inégalable.