Opinion

batiments-lycee-bilingue-deido-douala-cameroun

Drame du lycée bilingue de Deido : la faute aux parents ?

Le 29 mars dernier, un élève du lycée bilingue de Deido, situé dans la ville de Douala au Cameroun, a été poignardé à mort par un de ses camarades pour une histoire floue de téléphone portable. L’indignation qui a suivi ce drame a peu à peu laissé place à des analyses plus ou moins tordues dans lesquelles on a vu certains enseignants rejeter le tort sur les parents et sur les autorités gouvernementales, oubliant les premiers concernés : le personnel administratif du lycée en question.

Élève assassiné au Lycée Bilingue de Deido : tous coupables !

Tout le Cameroun est choqué après le meurtre du jeune élève du lycée bilingue de Deido, à Douala. La scène s’est déroulée le vendredi 29 mars dans l’enceinte de l’établissement scolaire, alors que les élèves prenaient leurs bulletins du deuxième trimestre avant le départ pour les congés de Pâques. Depuis ce drame, les questions fusent : « Qui blâmer ? Comment aurait-on pu éviter cela ? Comment en est-on arrivé là ? »

Malparlage ivoirien, doit-on en rire ou en pleurer?

La mauvaise utilisation des réseaux sociaux en Côte d’Ivoire est une réalité. Au début amusant, le « malparlage » est devenue une course au plus idiot. Dommage. Il est vrai qu’on milite tous pour la liberté d’expression mais il est aussi vrai que chacun doit se sentir responsable de ce qu’il publie, ce qu’il commente et ce qu’il partage.

En Guinée, le temps passe, l’histoire se répète et les démons se réveillent

Depuis son indépendance, la Guinée est plus ou moins instable. Tantôt sur un plan politique tantôt sur le plan social. Depuis bientôt dix ans, jamais il ne se passe un mois entier sans qu’une crise sociale, politique ou ne surgit. Partout ailleurs, les Etats normaux se démêle pour subvenir aux besoins fondamentaux de sa population. En Guinée, c’est tout autre, l’Etat manifeste souvent sa présence que par la force, la brutalité, l’oppression voire l’injustice vis-à-vis de ses propres administrés.