Politique

Stop M. le premier ministre : je suis lassé de garder mon enfant à la maison !

Les cours sont perturbés depuis un mois à Conakry et à l’intérieur du pays suite à la grève déclenchée par le syndicat des enseignants, qui réclame un salaire équivalant à 800 euros. Et l’attitude du premier ministre ne fait que radicaliser le débat… Les plus pénalisés dans tout ça, ce sont les enfants, qui devraient être en classe en train d’étudier !

paul-biya-president-cameroun

Le talentueux monsieur Biya

Puisque tous les Camerounais le savent, la seule chose qui intéresse monsieur Paul Biya c’est sa longévité au pouvoir. C’est le seul sujet qui le préoccupe. Et même si ça fait déjà trente-six ans que ce spectacle se perpétue, personne ne peut plus douter sur le vicieux talent de ce monsieur qui vient d’être « réélu » président du Cameroun.

Le prix Nobel de la gouvernance 2017 (suite)

Remplaçant à la suite d’un réaménagement technique dans le gouvernement, le fantasque ministre des affaires du ventre et du bas-ventre, parce que ce ministère faisait jaser ces idiots de défenseurs de la décence et de la pudeur, le ministre de la santé, du torse, du buste et de la poitrine démontra un réel engagement pour le combat contre le « quand c’est du sain » dans tous les domaines. Amoureux de la bonne chère, en particulier des poitrines bien fournies, et disposant des moyens de sa politique (adepte du travaillement), c’est sûr que le cancer du sein a encore des mauvais jours devant lui avec ce pro… xénète à la tête du ministère de la santé, du torse, du buste et de la poitrine. Et vraiment bravo à lui pour cette action d’une portée hautement humaniste.

Le prix Nobel de la gouvernance 2017 (1)

C’est parti pour les Prix Nobel 2017. Malheureusement celui de la gouvernance ne sera pas délivré. Nous nous autorisons comme en 2015 à le décerner, et en deux phases s’il vous plaît, preuve que cette année le prix Nobel de la gouvernance était vraiment disputé. Comme toujours, souffrez qu’on ne cite personne parce qu’apparemment encore une fois, ce ne sont pas tous les Nobel qui suscitent des félicitations.