Religion

Abidjan : les parcs à bétail de la Tabaski et leur cortège de pollution

Les marchés dégagent de grosses fumées noires, il ne s’agit pas d’incendies, mais de feux qui sont allumés pour nettoyer les animaux. Pour 1000 fcfa, des jeunes offrent leurs services aux acheteurs, ils nettoient et dépècent les bêtes. Un business plutôt lucratif vue l’affluence sur certains marchés. Mais les feux sont alimentés en vieux pneus usagés, cela crée une pollution énorme !

Où va le monde ?

« Les animaux ne chassent pas en fonction de la couleur de la peau de la proie. Pouvons-nous prétendre à la même impartialité, en tant qu’humains ? N’abattons-nous pas en fonction de l’abondance de la mélanine ? Ne fermons-nous pas nos frontières en fonction de la provenance du voyageur ? N’accordons-nous pas la liberté en fonction du taux de testostérone ? »

tabaski-cote-divoire

Le marché de bétail d’Abobo, un business tentaculaire

Tabaski, l’heure de la chasse aux moutons bien gras, aux bétails bien dodus ; tabaski, l’heure des courses effrénées dans les parcs à bétail. Une occasion unique pour les marchands de moutons, bœufs, cabris, etc., de faire la maximum de bénéfice ; une occasion rêvée pour les fidèles musulmans ivoiriens d’afficher leur […]