Santé

Entre nous, une marque conçue pour l’éducation sexuelle des filles

La Côte d’Ivoire est en proie au phénomène de grossesses en milieu scolaire. Considérant que l’accès aux services de contraception et à l’information peut aider à endiguer ce phénomène, l’ONG Population Services International en Côte d’Ivoire a procédé samedi 30 mars 2019 au lancement de la marque « Entre nous » avec pour but d’informer chaque jeune fille sur sa santé sexuelle.

En Afrique centrale, le virus Bilima, une maladie émergente « qui tue le corps mais pas l’esprit »

L’Afrique centrale est connue pour être l’origine de nombreuses maladies qui font froid dans le dos : Ebola, fièvre de Lassa, maladie à virus Marburg ou encore le SIDA. Le virus Bilima est la moins connue de ces maladies émergentes mais pas la moins effrayante puisque, selon les témoignages « Bilima tue votre corps mais pas votre esprit ».

entrailles-ebola-nord-kivu

Dans les entrailles d’Ebola au Nord Kivu

Le cri douloureux de Zawadi me déchire le cœur. Je vois son corps ployer et se tasser tandis qu’elle respire pour lutter contre la colère. Cinq personnes impossibles à reconnaître viennent d’entrer. Elles sont vêtues de combinaisons de protection en plastique jaune et blanc et apportent un sac mortuaire contenant la doyenne de la famille – pour certains une mère, pour d’autres une sœur ou une tante.

Est-ce judicieux de soigner l’hypertension artérielle avec de l’ail ?

J’ai plusieurs fois eu à faire à des patients hypertendus qui ont abandonné leurs traitements médicamenteux au profit de la consommation d’ail. J’ai également vu beaucoup de patients souffrant d’AVC emmenés aux urgences avec une forte odeur d’ail dans l’haleine, témoin du fait que les parents leurs ont fait ingéré de l’ail dès le début de la crise d’AVC. Cette pratique qui semble être assez répandu m’a intrigué. Je partage avec vous les résultats auxquels une revue de littérature m’a conduit.

Excision : plus on en parle, plus on se comprend

Du 12 au 16 novembre 2018, à l’hôtel Azalai de Bamako, s’est déroulée une académie de formation médiatique sur les Mutilations Génitales Féminines (MGF). Au Mali, 91% des femmes sont excisées, avec une tranche d’âge de 15 à 49 ans. Les mutilations génitales féminines sont donc très répandues. Vu son ampleur et ses conséquences graves, souvent irréversibles sur la santé sexuelle et reproductive de la femme, l’excision est un réel problème de santé publique.

Infertilité, infécondité, indélicatesse… laissez-les tranquilles SVP !

Le cas particulier des femmes, ou devrais-je dire du couple, n’ayant pas d’enfant est particulièrement sensible. Et donc des questions du genre : « Alors, vous n’avez pas encore d’enfant ? » ou « Qu’attendez-vous pour faire vos enfants ? » sont des questions très indélicates, peu diplomatiques, peu constructives et parfois dévastatrices.