Slider

Ces [pré]noms qui pèsent trop lourd

Observez autour de vous, vous vous en rendrez compte : les prénoms que porte la grande majorité d’entre nous n’ont aucun lien avec le continent. La plupart du temps, on se base sur les personnages de séries télévisées, quelquefois sur les personnages de romans, mais beaucoup plus sur les livres saints, pour attribuer des prénoms à notre progéniture.

Du « Baygon » contre les « microbes »

Comme les enfants soldats du Liberia ou de la Sierra Leone, les populations d’Abidjan découvrent le visage hideux de la criminalité juvénile précisément celle des mineurs. Il s’agit d’enfants de 9 à 17 ans rompus à l’art du maniement des armes blanches que l’on appelle sur les bords de la lagune Ebrié les « microbes ».

Quelques astuces pour les accros aux gadgets électroniques et réseaux sociaux

Les gadgets électroniques sont de plus en plus présents dans notre quotidien. Très peu de personnes peuvent de nos jours se vanter de passer une journée entière sans un téléphone portable ou un ordinateur. Dans certains cas, la dépendance inclut également les réseaux sociaux et tous les outils du web 2.0. A défaut de pouvoir vous faciliter la désintoxication, je partage avec vous quelques informations utiles pour les geeks et les non-geeks.

LIBREVILLE PORTE-T-ELLE BIEN SON NOM ?

Principale ville du pays, la capitale gabonaise porte un nom très évocateur pour les défenseurs de l’épanouissement du corps et de l’esprit. En la baptisant « Libreville », le fondateur de cette ville a voulu véhiculer un message intemporel sur la liberté chèrement gagné après 400 ans d’esclavage.

ebola-pays-createurs

Ebola au pays des créateurs

Butembo, Beni, dans le Nord-Kivu, des villes des entrepreneurs de l’informel, des entrepreneurs « gagne-petit ». Ils savent créer l’argent là où il n’y en a pas. S’ils reprochent au ministère de la santé d’avoir créé « la coop Ebola » pour se faire de l’argent, c’est parce que la création fait partie du mode de vie dans la région. La création, c’est dans le sang. C’est plus fort qu’eux. Ici on crée ou on crève. C’est la seule façon de survivre.