Amour

Maigrir d’amour et d’eau tiède

Je suis partie dans la nuit avant la nuit. J’ai traîné ma valise dans la lumière d’un soleil éteint. Je n’ai pas regardé à droite je n’ai pas regardé à gauche, tout droit, tout droit jusqu’à la gare. On est venu la chercher elle s’effondre dans les bras qui l’enserre.

Ruptures !

Quand on s’embrassait sur la bouche et quand on rigolait parfois en se regardant dans les yeux… j’étais en train d’augmenter la hauteur de mon atterrissage !
Depuis que j’ai perdu ma dulcinée, je ne fais que me lamenter. Je crois que je viens de découvrir la définition du mot « rupture ».

Je suis une femme jalouse

Se découvrir jalouse. Et oser en parler. Ceci est ni un poème, ni une histoire. Être une femme jalouse et décrire ce que l’on ressent. C’est le sens de ce texte.
J’irai à coup sûr puiser au fond de moi, le peu d’amour propre qu’il me reste, pour me relever. Mais aussi, cet amour propre dont sont remplies les personnes fortes et courageuses qui regardent en face leur passé et, entre quatre yeux, osent passer à autre chose
Si vous avez des astuces, n’hésitez pas à partager en commentaire, je suis preneuse de tout en ce moment
Mais, les formules bien préparées et passe-partout pour cœurs saignants, non merci !

La fille du TGV

Pris de court, je la regardais impuissant s’éloigner et se diriger vers la sortie. Je lui lançais un : « Bonne journée à vous ! ». Elle se retourna et me fixa de ses yeux bleus, et souriante dit : « Merci, c’est gentil. A vous également ». Puis elle disparut à jamais…

Célibataire : pourquoi le suis-je encore ?

Depuis quelques temps, j’ai de vagues discussions avec certaines personnes avec qui je suis connecté sur Facebook. Il y a celles qui m’écrivent pour se renseigner sur ma situation et celles qui vont droit au but. Bien entendu, des femmes sont passées dans ma vie, sans avoir à leur demander « pour la vie ou pour la nuit », certaines ne pensaient qu’à la nuit.

14 février au Cameroun : Cupidon, je ne te félicite pas

Cher Cupidon, j’ai décidé de te parler franchement : toi le petit Caïd des rencontres amoureuses, l’ange gardien des romantiques… Ecoute moi bien : j’en ai rien à faire moi, que tu sois le fils de Mars et de Vénus, avoir des parents hauts placés ne te donne pas le droit de te la jouer… Tu es censé être un spécialiste de l’amour, alors agis. Je plaide ici la cause des déshérités de l’amour. Tu sais ce que tu dois faire pour redonner le sourire à tous les célibataires. Alors je veux bien fermer les yeux pour aujourd’hui (j’imagine que tu as du boulot), mais à partir de demain, 15 février, tu te mets encore plus au boulot ! OK ?

Vous avez dit Saint-Valentin ?

Contrairement à l’amour, le célibat ne nous déçoit jamais. Vous avez déjà entendu quelqu’un dire « le célibat m’a trop fait souffrir », « je suis déçu du célibat » ? Ou encore « je veux faire une pause et être un peu en couple » (mdrrrr) ? Non jamais ! Parce que le célibat, lui, tient toutes ses promesses. Tu sais toujours à quoi t’attendre, bah oui parce que t’es tout seul !

Les rendez-vous galants d’avant les réseaux sociaux

La génération qui est née après les années 90 a trop de facilités pour fricoter. Avec les smartphones et toute la panoplie de réseaux sociaux… Avant, il fallait être vrai stratège pour obtenir un rendez-vous galant et pour arriver à obtenir des moments avec l élue de son coeur. Ce jour de Saint Valentin est l’occasion de rappeler les techniques et stratégies de l’époque où les simples téléphones mobiles ( je ne parle même pas des smartphones !) n’existaient pas.

A notre amour impossible !

Seule dans ma chambre, dans le froid de Toronto, et face à la pluie de photos de personnes voulant exhiber leur bonheur en ce 31 décembre, j’ai choisi d’écouter de la musique. Je me suis plongée dans ma playlist, entre groove que j’aime et paroles qui poussent à réfléchir, j’ai mélangé à ma manière festivité et introspection méditative. Puis, soudain, une musique de feu Carimi : « Fanm sa move ». D’un coup, je me suis perdue dans mes pensées. Je n’entendais plus rien, je pensais à nous.