aziz

Oui, où étiez-vous, messieurs ?

C’est un autre champ de bataille entre la majorité et l’opposition. Une controverse qui relève de la politique politicienne.

L’appartenance ou non à l’ancien régime. La ligne de démarcation est choisie de commun accord : le 3 août 2005, date du coup d’État conduit par Mohamed Ould Abdel Aziz, alors colonel, contre le président Taya.

Logo Mondoblog

Mauritanie : Réviser la Constitution, pourquoi pas ?

Le président mauritanien était devant la presse, quelques heures seulement après son retour d’une harassante tournée (10 jours) dans les régions orientales du pays. On s’attendait à ce que l’entretien, exclusivement réservé aux médias nationaux, traitent des dossiers brûlants de l’actualité. Bien, sûr, celui du dialogue, qui tarde à être […]

En Mauritanie l’opposition dit : «Touche pas à ma Constitution»

Il a suffi que le président Mohamed Ould Abdel Aziz déclare, début janvier, à Chinguitt, à l’occasion de la cinquième édition du Festival des villes anciennes, que le pouvoir est prêt à dialoguer avec l’opposition, pour que le gouvernement et la majorité qui le soutiennent engagent, à nouveau, les (d)ébats politiques.

Prise d’otage à la prison centrale de Nouakchott : les salafistes dictent leur loi

Des têtes vont tomber, c’est sûr, après ce qui vient de se passer à la prison centrale de Nouakchott. Une mutinerie de prisonniers salafistes qui s’est soldée par la prise en otage de deux éléments de la garde nationale ! Mais surtout la « honte » pour un pouvoir qui a plié aux exigences, quoique justes, de djihadistes entrés en rébellion pour exiger la sortie de prison de quatre des leurs qui ont purgé leur peine.

Autour d’un thé : mandats écourtés…ou prolongés, selon la volonté du prince

Le mandat, c’est quoi ? Ça dépend, comme on dit. Mandat politique, mandat littéraire ou mandat économique ? Le mandat de Sembène Ousmane ou celui d’Ould Raïss¹ ? Ou, peut-être même, des mandats postaux, sonnants et trébuchants, que les anciens engagés militaires de la métropole, les fonctionnaires coloniaux ou les « ndaga francia² » envoient à leurs parents restés au village ? Tout ça, ce sont des mandats.

Affaires d’apostasie en Mauritanie : gains et pertes pour le pouvoir

Ould M’Khaytir a finalement été jugé, un an après son arrestation pour apostasie. Jugé et condamné à mort comme attendu également. Une condamnation à la peine capitale qui restera tout de même symbolique devant servir seulement à apaiser les esprits dans un pays qui se présente au monde comme une « République islamique ».