Cameroun

Bons baisers du Cameroun : bienvenu en Afrique depuis Paris!

Si vous êtes africain et que vous venez à Paris, prenez le métro, allez sur la ligne 4 et surtout n’oubliez pas de descendre aux arrêts suivants : Marcadet-poissonniers, Château Rouge ou Barbes-Rochechouart. Moi je dis hein, c’est le CTRL+C et CTRL+V de l’Afrique. Tout s’y trouve. Avant même que vous ne sortiez du souterrain du métro, l’Afrique vous accueille convenablement. Là, à Paris, les petits-plats sont mis dans les grands pour vous montrer toutes les couleurs de Mama Africa !

Non, les mbeinguètaires ne sont pas des super-Camerounais !

Quand tu habites à Bafoussam et que ta petite amie habite seulement à Yaoundé, elle te dit que c’est fini entre nous parce qu’elle n’arriverait plus à supporter notre distance… Alors que quand tu déménages pour aller vivre là-bas à Paris à plus de 6 000 km de Yaoundé, elle commence à t’appeler pour te dire que « Chéri, je t’aime », « Tu me manques » ou encore « La distance ne pourra jamais nous séparer. »

Facebook et la recherche du buzz au Cameroun

Cameroun. Facebook. Est-ce que ça c’est même un buzz ? Parfois je me connecte et j’apprends qu’il y a un inconnu qui a préparé le couscous maïs chez lui avec la sauce gombo. Parfois j’apprends qu’il pleut actuellement à Edéa. Parfois je vois une dame qui nous présente toute sa famille alors que je ne la connais même pas. Parfois il y a des jeunes filles qui nous demandent de voter si on les préfère en pantalon moulant ou bien en pantacourt collant…

Certains Camerounais ne se mélangent pas avec les anges…

Je parle des vrais chômeurs hein, je ne parle pas des chômeurs techniques. Je parle des garnements qui s’asseyent au carrefour et qui ont créé leur Chambre basse qu’on appelle aussi souvent « Le Parlement ». Et la particularité de ces « députés », c’est que personne parmi eux ne veut se trouver -ou plutôt chercher- un emploi. Ce qui m’énerve avec ces Camerounais fainéants, c’est qu’ils n’aiment pas se mélanger avec les travailleurs. Car dès que tu vas vouloir ouvrir ta bouche, ils vont te dire que « N’est-ce pas tu travailles ? » Dès que tu vas vouloir leur donner ton avis sur un sujet quelconque, ils vont te répondre que « Tu connais quoi plus que qui ici ? » Dès que tu vas leur dire que tu rentres te coucher, ils vont te balancer : « Surtout, ne reviens pas ! ». Et pour rien-rien hein.

Ruptures !

Quand on s’embrassait sur la bouche et quand on rigolait parfois en se regardant dans les yeux… j’étais en train d’augmenter la hauteur de mon atterrissage !
Depuis que j’ai perdu ma dulcinée, je ne fais que me lamenter. Je crois que je viens de découvrir la définition du mot « rupture ».