José emilio Pacheco

Ma langue est ma seule richesse

C’était un dimanche. Tu es parti un dimanche. Un coup de tristesse a envahi le pays. Comment ressentir de la tristesse pour la mort de quelqu’un qu’on ne connaît pas ?C’est possible, toi, tu habitais tout près de nous, tes lecteurs. Les batailles dans le désert, lecture obligée au collège nous a laissé, à chacun de nous, l’empreinte de ces histoires d’amour qu’on n’oubliera jamais, de cette complicité avec quelqu’un qui connaît notre histoire d’amour caché.
Orphelins est le mot exact pour décrire cette émotion du dimanche 26 janvier 2014.