Mozambique

Turista Conquista

Postcolonialisme et questions linguistiques

Entre langue et domination, entre oppression et culture, un peuple muet s’exprime parfois, souvent, sur les murs. Cet article est donc naturellement illustré de photographies de graffitis, essentiellement de Lisbonne. En solidarité avec toutes les formes d’expression qui s’opposent à toutes les formes d’oppression.

Soleil couchant sous le pont 25 de Abril

De Lisbonne à Timor, la Lusophonie comme espace culturel

Une légère brise souffle sur la ville de Lisbonne. Le Tage s’écoule, imperturbable, vers l’Atlantique.J’entends des voix qui résonnent le long des murs recouverts d’azulejos. Elles parlent une langue chaude et douce, qui plisse, se recroqueville, puis se déroule.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ipe-unicamp-001.jpg

Carnet d’une lectrice: «sans les étudiants, cette ville serait morte»

    Nelly E. a passé les cinq dernières années à étudier les sciences médicales dans l’une des deux plus grandes universités du Brésil, l’Unicamp. Ce qui donne forcément un grand préstige à ceux qui y étudient, mais la vie d’étudiant est faite de sacrifices, de déception… mais aussi d’éspoir. […]