opinion

Malparlage ivoirien, doit-on en rire ou en pleurer?

La mauvaise utilisation des réseaux sociaux en Côte d’Ivoire est une réalité. Au début amusant, le « malparlage » est devenue une course au plus idiot. Dommage. Il est vrai qu’on milite tous pour la liberté d’expression mais il est aussi vrai que chacun doit se sentir responsable de ce qu’il publie, ce qu’il commente et ce qu’il partage.

En Guinée, le temps passe, l’histoire se répète et les démons se réveillent

Depuis son indépendance, la Guinée est plus ou moins instable. Tantôt sur un plan politique tantôt sur le plan social. Depuis bientôt dix ans, jamais il ne se passe un mois entier sans qu’une crise sociale, politique ou ne surgit. Partout ailleurs, les Etats normaux se démêle pour subvenir aux besoins fondamentaux de sa population. En Guinée, c’est tout autre, l’Etat manifeste souvent sa présence que par la force, la brutalité, l’oppression voire l’injustice vis-à-vis de ses propres administrés.

enfant-parent-papa-famille

Pourquoi les africains doivent faire plus d’enfants ?

L’Afrique s’est faite dépeuplée au travers de l’esclavage et de la colonisation, sans oublier le taux de mortalité élevé et aujourd’hui le poids de la migration qui sont de vrais freins à l’explosion démographique de l’Afrique. Les Africains ont servi à alimenter les autres continents. Oui, l’Afrique est le réservoir humain du monde.

CAN : 24 c’est trop ?

Laissée orpheline depuis son retrait des « mains » du Cameroun, la CAN 2019 s’est trouvé un nouveau tuteur : l’Égypte. Aux pieds des pyramides se jouera donc l’aînée des Coupes d’Afrique des Nations à 24 équipes. La première des sélections africaines. Mais l’Afrique a-t-elle vraiment besoin de passer à 24 pour grandir ?

#StopArmsEmbargoInCAR – Centrafrique, le peuple exige la levée totale de l’embargo sur son armée

Tout ce que souhaite le peuple, c’est de voir tout simplement son armée à l’œuvre. Voilà pourquoi nous disons #StopArmsEmbargoInCAR. Le peuple centrafricain exige la levée totale de l’embargo sur son armée car c’est lui qui en fait les frais. Le gouvernement est quasi impuissant face à la barbarie des rebelles. Et ce sont les pauvres innocents qui en périssent au quotidien.

attaque-terroriste-soldat-burkina-faso-armee-militaire-rue

Lutte contre le terrorisme au Burkina : on parle beaucoup plus des défaites…

Dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso, les médias ont tendance à prioriser dans leur agenda les défaites des forces de défenses et de sécurité (FDS) burkinabè plutôt que leurs victoires. On nous parlera de la règle du train qui arrive en retard… Et pourtant dans ce nouveau contexte, le paradigme doit changer.