prison

Prise d’otage à la prison centrale de Nouakchott : les salafistes dictent leur loi

Des têtes vont tomber, c’est sûr, après ce qui vient de se passer à la prison centrale de Nouakchott. Une mutinerie de prisonniers salafistes qui s’est soldée par la prise en otage de deux éléments de la garde nationale ! Mais surtout la « honte » pour un pouvoir qui a plié aux exigences, quoique justes, de djihadistes entrés en rébellion pour exiger la sortie de prison de quatre des leurs qui ont purgé leur peine.

Bénin : les journalistes risquent toujours la prison

Le jeudi 22 janvier 2015 était un grand jour pour les journalistes béninois. Après trois jours d’examen, les députés ont voté la loi portant code de l’information et de la communication en République du Bénin. Pour les hommes de la presse et des médias, cela signifie la fin d’un vide juridique et une meilleure organisation du secteur. En effet, le code qui vient d’être adopté apporte de nombreuses innovations dans le domaine. Par exemple, il y est clairement défini les critères pour être un journaliste au Bénin.

Pourquoi sommes-nous sur cette terre ?

J’attends beaucoup de la vie et je pense que j’en ai le droit malgré le chaos actuel dans lequel nous vivons.

Pourquoi sommes-nous sur cette terre ? On se pose la question à un moment ou un autre de notre vie. Alicia Keys a répondu à sa manière en disant :  » Nous sommes là pour chacun d’entre nous ». La puissance de cette question l’a poussée à créer un mouvement (We Are Here) et faire de ses fans des soldats de la paix. Quel bel objectif de vie!

Logo Mondoblog

Quid de la politique carcérale au Gabon ?

Les hommes et femmes politiques Gabonais notamment ceux du gouvernement et des partis d’opposition devraient au lieu de se « chamailler » continuellement sur les fichiers électoraux  ou faire l’apologie de l’émergence, s’atteler à nous proposer leurs politiques sur des questions comme celle de nos prisons et les alternatives que l’Etat pourrait […]

Haïti à l’assaut de ses fugitifs

Dimanche 10 août 2014, fin de matinée ensoleillée à Port- au-Prince et ses environs. Encore un évènement malheureux frappe le pays. Un flash à la radio annonce qu’une évasion a lieu dans la prison civile des Croix-des- Bouquets. Et plusieurs dizaines de détenus se seraient échappés. Quoi ! J’ai été stupéfait d’entendre une telle nouvelle. Cela a été le cas aussi de plus d’un Haïtien.

Haïti : la vérité sur l’évasion de «Croix-des-Bouquets»

Pas moins de 300 détenus se sont évadés dimanche 10 août 2014 de la prison de Croix-des- Bouquets après une attaque conduite par des inconnus lourdement armés. N’en déplaise aux déclarations du président haïtien, cette énième évasion est bel et bien la résultante des inconséquences ou pire (le ciel nous en préserve), de la complicité des dirigeants en place, donc, de l’Etat. Mais, loin de me préoccuper du sort personnel de certains criminels dont la sombre renommée finira par condamner à la cavale et à l’anonymat, une perspective d’existence qui n’en est pas une, cette évasion interpelle le juriste que je suis pour au moins trois raisons.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE