RDC

entrailles-ebola-nord-kivu

Dans les entrailles d’Ebola au Nord Kivu

Le cri douloureux de Zawadi me déchire le cœur. Je vois son corps ployer et se tasser tandis qu’elle respire pour lutter contre la colère. Cinq personnes impossibles à reconnaître viennent d’entrer. Elles sont vêtues de combinaisons de protection en plastique jaune et blanc et apportent un sac mortuaire contenant la doyenne de la famille – pour certains une mère, pour d’autres une sœur ou une tante.

Soucieux d’élire, des jeunes de Butembo et Beni improvisent leurs propres bureaux de vote

Dimanche 30 décembre était un jour d’élections en RDC. Mais la commission électorale a exclu trois circonscriptions : les villes de Butembo et Beni au Nord-Kivu, et de Yumbi, à l’Ouest du pays. Unis par la colère de se trouver à l’écart de ce grand rendez-vous, des bureaux de vote à ciel ouvert se sont improvisés toute la journée.

Une campagne électorale sanglante pour des élections qui n’auront pas lieu

La campagne électorale en République démocratique du Congo a causé la mort de dix personnes. Des personnes tuées pendant des échauffourées qui ont jalonné la tournée, dans plusieurs villes du pays, de Martin Fayulu, Félix Tshisekedi et Ramazani Shadary, trois principaux candidats à la présidentielle. Pour des élections qui n’ont finalement pas eu lieu le 23 décembre dernier tel qu’attendu.

RDC : Ces radios communautaires qui vont encore donner de l’espoir aux populations du territoire de Lubero

Quand on écoute des noms des agglomérations du territoire de Lubero, les images qui viennent en tête sont des scènes de terreurs, violences, pillages, vols, viols et tueries des personnes. Comment changer l’image de ces milieux, parler de la vie quotidienne, des initiatives locales du territoire de Lubero ? Comment faire participer la population locale à la gestion des conflits ?

DRC Kinshasa November 2011 Voting Day MONUSCO by Myriam Asmani flickr OK

Pourquoi l’opposition congolaise a choisi Martin Fayulu comme candidat commun ? 

Alors même que l’encre n’avait pas encore complètement séché, l’accord de Genève est parti en fumée. Deux des participants, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, qui croyaient que ce seraient eux qui seraient désignés, ont finalement renié leur engagement pour, disent-ils, respecter la volonté de leurs électeurs. Alors que, la veille, ils avaient en âme et conscience apposé leur signature pour adouber Martin Fayulu.